Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Abus rituels sataniques sur enfants découverts au Pays de Galles

_51503976_ath_colin_batley_4070.jpg

Colin Batley a été identifié comme le chef d’un culte sexuel de Kidwelly

C’est génial de voir ces monstres arrêtés et envoyés en prison pour le restant de leurs jours, le même type d’abus se produit dans les hautes sphères de la société et de manière beaucoup plus organisée. Pourquoi eux sont-ils au dessus des lois?…

Abus rituels sataniques découverts au Pays de Galles

 

Colin Batley a été identifié comme le chef d’un culte sexuel de Kidwelly

BBC News

11 Mars 2011

Cette histoire a provoqué l’indignation du public au pays de Galles, la police ayant découvert un culte secret se livrant à des abus rituels sataniques.

Les membres du culte sexuel de Kidwelly font face à de longues peines de prison.

Le leader du culte Colin Batley, 48 ans, a été reconnu coupable de plus de 35 crimes contre des enfants et de jeunes adultes.

Batley avait déménagé de Londres pour Kidwelly en tant que prêtre auto-proclamé du groupe occulte qui se livrait à un lavage de cerveau et à l’abus sexuel sur des enfants.

 

Trois femmes, incluant son épouse, ont également été condamnées. Le juge de la Cour de la Couronne de Swansea a dit qu’ils risquaient des peines de prison importantes.

Ils seront jugés vendredi.

Le jury a rejeté les allégations de Batley et d’autres défendeurs au cours du procès selon lesquelles il n’existait aucun culte.

La cour a appris comment le culte opérait à partir d’un certain nombre de maisons dans un cul-de-sac, de Clos yr Onnen, à Kidwelly.

Batley, son épouse Elaine, et deux autres femmes qui vivaient tous dans la rue se sont livré à une série d’abus sur des enfants et de jeunes adultes.

Des victimes ont déclaré que le groupe utilisaient des écrits occultes et des pratiques pour leur faire un « lavage de cerveau », et justifier leurs abus.

Batley a usé de sa position de chef de la secte pour violer des garçons et des filles.

Une de ses victimes a raconté à la cour que, quand elle est tombée enceinte lorsqu’elle était jeune adolescente, Batley lui a dit que l’enfant à naître était un « enfant de l’occulte » et a menacé de la tuer si elle parlait.

Batley a été reconnu coupable de 35 infractions, dont 11 viols, trois attentats à la pudeur, incitation à la prostitution à des fins personnelles, incitation d’un enfant à avoir des rapports sexuels.

Son épouse Elaine Batley, 47 ans, a été reconnue coupable de cinq infractions à caractère sexuel. Jacqueline Marling, 42 ans, a été reconnue coupable de cinq chefs d’accusation et Shelley Millar, 35 ans, de deux.

Une autre femme, Sandra Iveson, 45 ans, a été blanchie de l’accusation d’attentat à la pudeur vis-à-vis d’un enfant.

Un sixième accusé, Vincent Barden, 70 ans, de Kempston, Bedfordshire, qui est sans rapport avec le culte, a été reconnu non coupable de viol, mais avait déjà reconnu avoir commis un attentat à la pudeur.

Avant le procès Batley avait déjà reconnu avoir commis des attentats à la pudeur.

Le juge Thomas a indiqué qu’il jugerait les quatre membres de la secte et Barden vendredi, disant qu’ils avaient été reconnus coupables « d’infractions extrêmement graves » et que leurs peines « seront élevées ».

Au nom de la police de Dyfed Powys, l’inspecteur en chef Richard Lewis a déclaré: « Ce fut une enquête très longue et complexe impliquant un groupe très secret.

« Il y a eu abus systématique et prolongé commis sur des enfants impliquant un nombre limité d’abuseurs.

« Nous savons que ce cas n’a pas d’impact sur l’ensemble de la communauté, mais reconnaissons la souffrance que les victimes ont dû endurer durant toutes ces années.

« Cas pénible »

« Ils ont fait preuve d’un grand courage en révélant cette histoire. »

Dans un communiqué publié après les déclarations de culpabilité, un conseil local du conseil de Carmarthenshire pour la protection des enfants a exprimé ses « sincères condoléances » aux victimes et à leurs familles dans cette « pénible » affaire.

« Il est triste de constater qu’il existe un petit nombre d’individus qui se livrent à des abus sexuels systématiques, secrets, et prolongés sur des enfants et nous sommes heureux que les délinquants aient été traduits en justice dans cette affaire aujourd’hui« , indique le communiqué.

« Chaque fois qu’un enfant a été blessé ou maltraité tous les organismes publics dans le comté (police, agents de probation, les services sociaux et de santé) examinent attentivement toute implication, qu’ils ont pu avoir pour voir si quelque enseignement peut être tiré de l’histoire de l’affaire, même si, comme dans ce cas, la plupart des infractions ont été commises il y a plus de 10 ans. »
Le conseil a dit que bien qu’il n’y avait aucune preuve de « non-respect des procédures de protection des enfants et des conseils« , c’était une procédure standard d’examiner « en détail l’implication de tout organisme avec à la fois les victimes et les accusés« .

C’était « pour nous assurer de réduire au minimum la possibilité, à l’avenir, que des délinquants opèrent de façon aussi secrète et dommageable que les délinquants dans le cas qui nous occupe« .

Source: bbc.co.uk

 

Nous sommes sociaux !

Articles récents