Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Vatican : Pharaon doit justifier de blanchiment d'argent

Publié par Diatala sur 20 Avril 2012, 10:49am

Catégories : #Vatican - Inquisition - Massacres- Tortures

benoit xvi premiere messe inside
Vatican : Pharaon doit justifier de blanchiment d'argent
Bon, quand J.P Morgan Chase & Co vient faire la morale au Vatican sur l'origine de ses fonds nous pouvons nous étrangler de rire puisque ce trust bancaire est à lui seul la plus puissante mafia financière. Mais la cupidité à ces hauts niveaux fait que les requins se mangent entre eux.

Si cette annonce est un autre violent coup porté à l’Eglise romaine par des banquiers juifs, le Vatican risque de voir cet argent disparaître puisqu’il n’a aucune origine légale. Comment réclamer de l’argent sale qui officiellement n’existe pas ?

 

Ceci démontre également que la première fonction du Vatican est de s'enrichir pour vivre dans l’opulence tout en ayant des actions secrètes peu catholiques ou pas du tout. C’est-à-dire à n'importe quel prix, d’une façon opaque, malsaine, voire criminelle.

 

Si les Français ont décapité leur Roi, les chrétiens continuent malgré tout à accepter un monarque papale qui est le gardien temporel de l'État du Vatican. Si les Français se sont révoltés en 1789/93 contre un système inique, (pour qu'in fine la couronne royale change juste de tête pour tomber sur celle des financiers), les croyants continuent d'en accepter un autre tout aussi corrompu qui n’a rien à envier à l’ancienne monarchie. Qu’il s’agisse de la gestion du Vatican, de ses privilèges et de ses richesses indus, de son impunité, de ses fastes et de ses ors, rien de tout ceci ne peut être justifié au nom du Christ ou de Dieu.

531124-00popQuand dans le monde des millions de personnes meurent de faim chaque année, que des centaines de millions d’autres sont faméliques et que chaque jour des milliers d’autres tombent dans l'indigence la plus totale, le Vatican continue malgré tout à vivre avec sa cour comme à l‘époque pharaonique sans pour autant servir et être au service de son peuple de croyants. Le pape pendant ce temps se fait faire des mocassins sur mesure couleur rouge sang.

 

Alors Pharaon peut bien caresser la tête des enfants lors de sa tournée de promotion mondiale, il n’en reste pas moins encore plus indécent et méprisant, donc méprisable.

 

Quel Dieu reconstitué, ou surtout quelle Déesse primordiale, pourrait avoir demandé que Son nom soit utilisé à des fins aussi matérialistes et aussi éloignées de la Divinité ? Aucun, à part un aréopage clérical constitué à l’origine d’hommes bassement humains et non divins. Ils étaient des ambitieux, des dominateurs et des cupides qui se sont accaparés par le mensonge, les exactions et les massacres les pouvoirs et les richesses pour les transmettre de siècle en siècle.

 

Benoît XVI avec l'homme le plus méprisé et méprisable de la planète, Henry Kissinger

benoit xvi kissingerLa Divinité et le Spirituel sont bien loin de ce faste très ostentatoire, de ce goût immodéré pour l’argent et le pouvoir, et de ce mépris pour les plus faibles.

Aucun être sage, unit au Tout et compassionnel n’aurait été capable de se comporter ainsi en bâtissant et en entretenant depuis deux mille ans une telle imposture.

 

Cet énorme antagonisme, qui n’a de cesse pourtant de soulever le voile de l’obscurantisme, devrait au XXIe siècle servir à ouvrir en grand les yeux.

 


 

D'après le journal économique italien Il sole 24 ore, la holding financière JP Morgan Chase à Milan avait envoyé une lettre le 15 février au Vatican pour avertir le Saint-Siège de la fermeture du compte, qui devrait être effective le 30 mars.

Le journal précise que les responsables de la banque ont décidé de clore le compte en raison du manque d'informations entourant les transferts d'argent. Près d'1,5 milliard d'euros auraient transité sur le compte en l'espace de 18 mois. Il s'agirait, selon lui, d'un compte vidé tous les soirs ("sweeping facility") en anglais, ne servant qu'à faire transiter des fonds vers un autre compte de l'Institut pour les œuvres de religion (IOR), nom officiel de la banque du Vatican, en Allemagne. L'IOR gère les fonds du Vatican et de ses institutions religieuses à travers le monde, comme les ordres monastiques et les organisations caritatives.

A Milan, l'information n'a fait l'objet d'aucun commentaire de la part de JP Morgan Chase, du Vatican ou de l'IOR. La décision de JP Morgan Chase, relayée également par le Corriere della Sera et La Stampa, intervient au pire moment pour le Vatican, qui a du mal à se racheter une bonne conduite en se conformant aux normes internationales en matière de transparence financière.

En septembre 2010, des enquêteurs italiens avaient gelé 23 millions d'euros d'avoirs dans les banques italiennes dans le cadre d'une enquête pour blanchiment d'argent. Le Saint-Siège avait nié et évoqué un transfert de fonds entre ses comptes. L'argent a finalement été débloqué en juin 2011 mais les magistrats romains poursuivent leur enquête.

Le Vatican a également fait parler de lui récemment dans l'affaire qualifiée par les médias de "Vatileaks", soit la publication de documents confidentiels, dont des lettres écrites de la main de Benoît XVI. Une partie de ces documents concernait la banque du Vatican : plusieurs lettres confidentielles publiées par le journal Il Fatto Quotidiano révélaient apparemment des dissensions au sein de la hiérarchie vaticane sur le degré de transparence à accorder à certaines opérations.

Une affaire qui n'est pas sans rappeler le scandale, en 1982, de la faillite frauduleuse du Banco Ambrosiano, la plus grande banque privée italienne de l'époque, dont le Vatican possédait une partie du capital.

Source : Atlantico

Nous sommes sociaux !

Articles récents