Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Syrie : les manifestations pro Bachar que personne ne veut voir

Publié par Diatala sur 15 Novembre 2011, 16:10pm

Catégories : #Assad - Syrie- Médiamensonges

 
L’équipe du site http://www.almanar.com.lb/

 Les manifestations millionièmes presque quotidiennes se poursuivent en Syrie, en soutien au régime et à ses réformes.

Les manifestations que l’Occident et ses alliés arabes et turc ne veulent pas voir

 

Pour la énième fois, des centaines de milliers de Syriens ont manifesté ce mercredi dans plusieurs grandes villes syriennes, pour exprimer leur soutien au régime syrien et aux réformes qu’il entreprend. Ces rassemblements surviennent alors que le gouvernement syrien a décidé de boycotter la réunion de la Ligue arabe qui devait se tenir ce mercredi dans la capitale marocaine. 

Selon l’agence de presse syrienne officielle Sana, qui a assorti sa dépêche d’images vidéos et de photographies, ces rassemblements immenses ont eu lieu dans la capitale Damas, dans les villes côtières Lattaquié et Tartous, ainsi que dans les provinces d’Alep, de Hama.  

La manifestation de la capitale Damas s’est étendue entre la place des 7 mers (Sabaa bahrate) et celle des Omeyyades. Les participants qui manifestaient sous la pluie ont scandé des slogans de soutien au président syrien : «  le peuple veut Bachar El Assad » ou encore «  nous nous sacrifierons pour toi Bachar », ponctuaient-ils. Certains slogans condamnaient les dernières décisions de la Ligue arabe de suspendre la participation de leur pays, et refusaient toute ingérence étrangère.

 

 

Dans la manifestation de Lattaquié, les manifestants ont ovationné le serment de fidélité au président : «  Nous jurons par Dieu, Le Tout-Puissant que nous Syriens, resterons unis, resterons attachés à ta voie, sauvegarderont ta politique de soutien à la résistance, soutiendrons ton armée glorieuse, et marcherons derrière le président Bachar ».

 Des manifestations pro Bachar en Tunisie que personne n'évoque

Sana a révélé  que des dizaines de tunisiens ont manifesté ce mercredi devant le siège de la Ligue Arabe à Tunis pour protester contre sa dernière décision sur la Syrie. Les manifestants scandaient des slogans accusant l’instance panarabe  d’être un instrument aux mains de l’impérialisme et du sionisme, et qualifiant la Syrie de «  bastion de l’Arabité, de profondeur de la Palestine et de – de la résistance ».
Quant au parti de l’union démocratique unifié mettait en garde contre la décision de la ligue, y voyant l’amorcement d’une ingérence étrangère dans les affaires internes syriennes, pour permettre au plan occidentalo-sioniste de mettre en place une nouvelle carte dans la région.

 

Saisie d'équipements dont des « made in Israël », dont personne ne parle

Sana a rapporté que les services compétents ont confisqué une grande quantité d'appareils de communication et de diffusion satellitaire super sophistiqués utilisés par « les groupes terroristes armés et ceux qui avaient des contacts avec les chaînes satellitaires tendancieuses ».
Certains de ses équipements permettent de «  capter les fréquences des appareils de contacts des forces de sécurité et facilitent « la communication entre les terroristes pour organiser leur déploiement suivant le trajet des forces du maintien de l'ordre ».

 

De plus, ont été saisis des portables Surrayya qui assurent la communication entre les membres de l’opposition et les chaînes satellitaires étrangères et permettent une transmission rapide, via l'Internet, de fichiers, photos et de séquences vidéo.

Selon Sana, des informations enregistrées sur ces appareils ont révélé des numéros de téléphone de plusieurs chaînes satellitaires comme al-Jazeera, al-Arabiya, BBC, France24 et d'autres, en plus des numéros de téléphone des personnalités arabes et étrangères impliquées dans les événements en Syrie.
A également été confisquée une antenne spéciale pour la connexion avec les satellites, fabriquée en Israël. « Cet appareil fait partie d'un système de communication satellitaire à part entière qui opère sur un réseau de satellites militaires américains », précise l’agence. Laquelle fait état de saisine d’appareils de radios utilisés par les terroristes pour semer le chaos et les troubles parmi les gens.

Les tués de l’armée que les Occidentaux, et leurs alliés arabes et turcs commencent à compter

Concernant la situation sur le terrain, l’agence Sana a fait état ce mercredi « d’obsèques de 11 martyrs de l’armée et des forces de sécurité, tués par des groupes terroristes armés, à Homs, Idleb, et Deraa ».

Alors que l’AFP rapporte à la foi de l’Organisation syrienne des Droits de l’Homme (OSDH) qui siège à Londres que 34 soldats et 12 déserteurs ont péri lundi dans la province de Deraa (sud) lors d'affrontements armés, et que 3 déserteurs et un civil ont été tués ce mercredi par les forces de sécurité syriennes dans la localité de Keferzita dans la province de Hama (centre), et que "trois explosions ont secoué le quartier de Barzeh", dans la capitale, suivies de "tirs nourris", qui se poursuivaient dans la matinée de ce mercredi.

Une attaque contre un centre des services secrets syriens mise en exergue par l’AFP

L’Agence française a rapporté qu’un centre des services secrets syriens a été attaqué mercredi près de Damas par des militaires dissidents.

Citant la version des Comités locaux de coordination, présentée comme étant une organisation de l'opposition qui coordonne les manifestations sur le terrain contre le régime de Bachar al-Assad, il est dit que cette attaque, la première de ce type, a été menée à l'aube par "l'Armée syrienne libre", une force d'opposition armée dont la création a été annoncée en juillet par le colonel Riad al-Assad, qui a déserté et s'est réfugié en Turquie. Selon les LCC, l’attaque a été perpétrée par des roquettes et des grenades RPG contre le quartier général des services de renseignements aériens situé à l'entrée de Damas.
   Les militants, qui ont joint au texte un plan de l'attaque, ont indiqué que les prisonniers détenus par les services secrets "allaient bien", mais que leur opération n'avait pas permis leur libération.
   "Des explosions ont secoué Zamalke, Hamouriya, Douma, Harasta (des localités près de Damas, ndlr) et nous avons des informations confirmées qu'un centre des services de renseignements à Harasta a été frappé", a rapporté de son côté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne.
   Aucune information sur d'éventuelles victimes, tant du côté des services secrets que des déserteurs, n'était disponible dans l'immédiat, signale l’AFP.

 

Damas boude les réunions de la Ligue arabe et ses monarques caduques    

 

Sur le plan politique, le ministère syrien des Affaires étrangères a annoncé mardi soir que la Syrie ne participerait pas à la réunion de la Ligue, ni à une réunion arabo-turque également prévue mercredi à Rabat.

Cette décision est survenue suite à un durcissement du ton d’Ankara et de plusieurs monarques arabes pro américains et dont leur dynastie perdure depuis des décennies.
 Mardi, la Turquie a dit qu’elle allait arrêter sa coopération avec Damas dans le domaine de l'exploration de pétrole et indiqué qu'elle pourrait aussi réviser ses livraisons d'électricité. Alors que le roi Abdallah de Jordanie demandait à ElAssad de démissionner et que l’ancien ministre saoudien proche de Washington Turki AlFayçal prévoyait « un départ  inévitable » du président syrien.

 

Changement de ton ou faire plier la Syrie ?

 

Ce mercredi, la Turquie et la Ligue arabe se sont déclaré "contre toute intervention étrangère en Syrie", dans un communiqué conjoint, à l'issue du Forum de coopération turco-arabe tenu à Rabat.
  

Ils ont également appelé à l'adoption de « mesures urgentes pour protéger les civils de la répression du régime syrien de Bachar al-Assad ».
  

"Le Forum affirme qu'il est nécessaire d'arrêter l'effusion de sang, et d'épargner les citoyens syriens de nouveaux actes de violence et de tueries, ce qui demande que des mesures urgentes soient prises pour assurer la protection des civils", assure le communiqué.
   "Les ministres ont également insisté sur l'importance de la stabilité et l'unité de la Syrie, et la nécessité de trouver un règlement à la crise, sans aucune intervention étrangère", poursuit le communiqué.
  

S'exprimant lors d'une conférence de presse, à l'issue de ce forum, le ministre turc des affaires étrangères a pour sa part réaffirmé qu'il "fallait arrêter l'effusion de sang en Syrie".
   "Nous condamnons toutes les pressions que subit le peuple syrien, et nous condamnons les attaques contre les représentations diplomatiques" qui ont eu lieu en riposte à la décision de la Ligue arabe d'imposer des sanctions contre le régime de Damas.
  

Samedi, plusieurs représentations en Syrie ont été attaquées par des manifestants syriens, après l'annonce par la Ligue arabe de la suspension de la Syrie aux travaux de l'instance pan-arabe.
Ce mercredi, l’AFP a indiqué que l’ambassade du Maroc a été visée. Alors que la France a rappelé à Paris son ambassadeur en Syrie, annonce Alain Juppé

La Russie, pour la énième visite, toujours pas convaincue par le CNS   
 

Mardi, une délégation du Conseil national syrien, qui regroupe des personnalités syriennes de l’opposition vivant en Occident, a essuyé une fin de non-recevoir de la part de la Russie.
Ayant demandé au chef de la diplomatie Serguei Lavrov que Moscou soit plus sévère avec le régime du président ElAssad, les opposants syriens ont entendu dire la même réponse: celle d’amorcer le dialogue avec les autorités syriennes. 

 

 

Nous sommes sociaux !

Articles récents