Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Les Indignés aux USA : cinq cents morts par taser selon Amnesty International

Publié par Diatala sur 16 Février 2012, 16:56pm

Catégories : #Armes Anti-émeutes - Indignés et Soulèvements

2760889878_0332537842.jpgMais est-ce vrai ? Ou sont-ils plus nombreux et tués d'une autre façon ? Ou serait-ce un moyen de faire peur pour arrêter l'énorme mouvement de révolte qui sévit aux USA et de dissuader les peuples d'Europe d'agir de la même façon ? Car Amnesty International est très loin d'être fiable et sa corruption est dénoncée depuis longtemps.  Nous savons que toutes ces énormes ONG ne sont que des instruments qui servent les intétêts de certains États et qui servent de moyen d'infiltration dans un pays. C'est une couverture humanitaire au service de la propagande et des renseignements. 

Comment se fait-il que celles qui se sont précipitées en Haïti, ailleurs en Afrique ou en Asie après le tsunami ne soient pas parvenues à faire entrer les fonds en empêchant de ce fait la reconstruction ? Ces milliards où sont-ils ? Ils font des petits sur un compte avec les intérêts, des intérêts, intérêts, des intérêts, des intérêts. La souffrance économique, sociale, alimentaire et juridique des peuples et leur pauvreté servent d'autres stratégies.

Voici à qui  Amnesty International rend des comptes : auprès de l'ONU - auprès du Conseil économique et social - de l'UNESCO, de l'Europe et de l'Organisation des États américains. Elle jouit également d'un statut d'observateur auprès de l'Union africaine.

 

Liste de quelques-unes des critiques prise sur Wikipédia 

 

À la suite de la publication de son rapport sur les troubles au Tibet en mars 2008 elle a été accusée par la Société chinoise pour l'étude des droits de l'Homme de s'être fait l'écho de la « clique du Dalaï Lama ».

Amnesty est accusée par Bakchich d'avoir des relations avec la société Total, expliquant la non dénonciation de cette société dans son rapport annuel détaillé sur la Birmanie. Cette relation a été confirmée par Jane Birkin à Londres selon le site Bakchich. La critique vise particulièrement le conflit d'intérêt de Francis Perrin, ancien président d’Amnesty International France, et rédacteur en chef de la revue spécialisée Pétrole et gaz arabes (PGA) qui a répondu à Backchich « je ne vois aucun conflit d’aucune sorte dans mes relations avec Total, nous entretenons un dialogue constructif… ». Après sa mise en cause sur Bakchich.info, la section française de l'ONG a obtenu un droit de réponse dans lequel elle dénonce des accusations infondées et gratuites. De plus, elle y souligne la méconnaissance totale des processus de prise de décision et de gouvernance au sein d'Amnesty. Bakchich.info a également accepté de publier le droit de réponse personnel de Francis Perrin. Selon lui, le site ne s'appuie sur aucun fait ni aucune démonstration[. À la suite de la publication de ces droits de réponse, Bakchich a apporté certaines précisions qui ont obligé la section française à publier un deuxième droit de réponse.

Selon un site américain « pro-vie »[, la section britannique d'Amnesty International aurait pris position en mars 2007 en faveur d'une décriminalisation de l'IVG (dans le cas de viols ou de mise en danger de la vie de la mère), « dans la mesure où elles sont directement liées à son action pour le droit à la santé et contre la violence faite aux femmes ». Cette prise de position a été condamnée par le Vatican par la voix du cardinal Renato Martino, président du Conseil pontifical Justice et Paix, qui a demandé à tous les catholiques et à toutes les institutions catholiques de ne plus accorder de soutien financier à ce mouvement, quelques semaines avant le Congrès annuel de l'association qui devait débattre de cette question.

Amnesty International a rappelé qu'elle ne recevait pas d'argent du Vatican, car elle n'accepte de fonds d'aucun État, et que sa position ne consistait « pas à promouvoir l'avortement en tant que droit universel (...) Elle considère comme un droit humain le droit des femmes à ne subir ni terreur, ni menace ni contrainte quand elles font face aux diverses conséquences d'un viol ou d'autres violations graves des droits humains. »

Amnesty est accusé de laxisme par certains pour n'avoir pas aidé Marcel Vervloesem, qui a dénoncé les réseaux pédocriminels, ( j'ai ajouté réseaux pédocriminels car Wikipédia se garde bien de le préciser) détenu en prison suite à un procès controversé.


source : Romandie http://www.romandie.com/

 

Etats-Unis: cinq cents morts par taser policier - Amnesty s'insurge

Amnesty International a appelé mercredi à des "restrictions plus rigoureuses" sur l'utilisation du taser par la police. L'organisation a lancé cet appel deux jours après la mort d'un homme touché par ce pistolet à impulsions électriques, qui porte à 500 les morts de ce type en onze ans aux Etats-Unis.

L'homme décédé lundi était apparemment en état d'ébriété et n'était pas armé. Il a été touché deux fois par un taser utilisé par un policier à Dothan (Alabama). Il a cessé de respirer peu après et a été déclaré mort deux heures plus tard.

Selon les chiffres collectés par Amnesty, au moins 500 personnes sont mortes aux Etats-Unis depuis 2001 après avoir été touchées par des tasers lors de leur arrestation ou leur incarcération, dont 92 en Californie.

 

"Sur les centaines de décès qui ont suivi l'utilisation du taser par la police aux Etats-Unis, des dizaines se sont révélés être liés à une utilisation sans nécessité du taser", a indiqué Susan Lee, directrice des Amériques d'Amnesty International. "C'est inacceptable, des directives plus strictes pour leur utilisation sont impératives", dit-elle.

Des directives strictes au niveau national devraient remplacer les milliers de règles différentes suivies en ce moment par les Etats ou les collectivités locales, estime Amnesty.



Nous sommes sociaux !

Articles récents