Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Les anti-douleurs tuent plus que la cocaïne et l'héroïne

Publié par Diatala sur 6 Septembre 2011, 16:54pm

Catégories : #BIG Pharma - Mensonges - Virus - Dictature Santé

5824916318_4d509c202d.jpgLes décès aux Etats-Unis imputables aux surdoses d'anti-douleurs opiacés prescrits par des médecins ont triplé ces dix dernières années, causant plus de morts que les surdoses de cocaïne et d'héroïne réunies, selon les autorités sanitaires qui dénoncent "une épidémie".

 

Près de 15.000 personnes ont succombé en 2008 à une surdose de ces analgésiques contre 4.000 en 1999, précisent les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC), qui ont mené l'étude.

 

Cet accroissement de la mortalité due aux abus des analgésiques opioïdes est devenu "une véritable épidémie", a déploré mardi Thomas Frieden, directeur des CDC. "Ces anti-douleurs, qui sont en réalité des narcotiques sous un autre nom, sont prescrits par des médecins", a-t-il souligné.

 

Médecins irresponsables

"40 Américains meurent chaque jour d'une surdose, davantage que par l'héroïne et la cocaïne". Selon lui, "ce problème est du à une poignée de médecins irresponsables": en effet, une grande partie du problème est l'utilisation non médicale de ces médicaments, normalement obtenus sur ordonnance.

 

En 2010, environ 12 millions d'Américains de douze ans et plus ont pris des analgésiques sous ordonnance pour des raisons non médicales, précisent les CDC. La quantité prescrite de ces médicaments contre la douleur était telle en 2010 que chaque Américain adulte aurait pu en prendre pendant un mois sans discontinuer, estiment les auteurs du rapport.

 

La plus grande part de ces analgésiques se sont retrouvés entre les mains de personnes qui ne les ont pas utilisés à bon escient ou en ont abusé. Selon les CDC, près de la moitié des visites au service des urgences des hôpitaux ont résulté en 2009 de l'utilisation non médicale de ces analgésiques, le plus souvent des overdoses qui coûtent 72,5 milliards de dollars aux Etats-Unis tous les ans.

 

Les hommes plus sensibles

Les hommes sont de loin plus nombreux que les femmes à mourir d'une surdose d'analgésiques ainsi que les adultes âgés entre 35 et 54 ans. Il existe par ailleurs, de grandes différences entre les Etats: en Floride, (sud-est), où on enregistre le plus de surdoses, les ventes de ces antalgiques en 2010 étaient trois fois plus importantes que dans l'Illinois (nord).

 

"Ces variations montrent bien que la politique menée par un Etat pour juguler ce problème ou laisser l'épidémie se poursuivre peut faire une énorme différence", souligne le Dr Frieden. Les autorités sanitaires préconisent une série de mesures fédérales pour endiguer ce phénomène et recommandent par ailleurs l'ordre des médecins de sanctionner, dans chaque Etat, les docteurs prescrivant ces médicaments de manière injustifiée.

 

Ce dernier rapport intervient deux semaines après une autre étude des CDC montrant que les Américains, dès l'âge de douze ans, consomment aujourd'hui cinq fois plus d'antidépresseurs qu'il y a 20 ans. (afp)

 

7s7.be

Nous sommes sociaux !

Articles récents