Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Le réseau pédophile d'élite à Londres avait des ramifications aux Pays Bas

Publié par Diatala sur 12 Février 2013, 17:47pm

Catégories : #Abus- Pédocriminalité- Violence- Prostitution

84286729_o.jpg
 
En Angleterre, on n'en finit pas de découvrir de nouveaux pédocriminels au sein des institutions, et jusqu'au gouvernement. Pour l'instant, si Downing Strret est dans le viseur, la famille royale est toujours préservée. Mais on apprend que le réseau implanté à Elm Guest House n'était qu'une part de la nébuleuse pédocriminelle. 

Il y a une semaine, on apprenait qu'un député conservateur (mort en 1995) Geoffrey Dickens, avait prévenu le cabinet de Thatcher au sujet de l'étouffement d'affaires de réseaux pédophiles. Ce qui lui avait valu des menaces directes et des cambriolages dès qu'il a commencé à évoquer certaines personnes[1]

De 1981 à 1985, Dickens a tenté d'alerter le Parlement sur un réseau pédophile qui faisait dans la diffusion de films pédopornos. Mais ces allocutions n'ont eu aucun écho à l'époque. 

Pourtant, il avait carrément cité un certain Peter Hayman, diplomate et membre du MI6, comme étant un pédophile qui avait échappé à des poursuites bien qu'il se soit fait pincer avec du matériel pédoporno. En 1983, Dickens a parlé d'un réseau pédophile qui impliquait des personnalités, « des gens dans des positions de pouvoir, d'influence et qui ont des responsabilités », personnalités qu'il a menacé de balancer au Parlement. 

En 1984, Dickens demandait l'interdiction du Paedophile Information Exchange (PIE), une plateforme via laquelle les pédos s'échangeaient photos, vidéos et bonnes adresses[2]. On soupçonne aussi que le système servait à passer commande d'enfants. Dickens a aussi évoqué des viols d'enfants qui étaient alors sous l'autorité locale de Leon Brittan. 

Dickens a dénoncé l'existence de bordels d'enfants à Islington, dans la banlieue de Londres (justement là où a vécu Tony Blair), et a précisé qu'une quarantaine d'enfants étaient victimes. Il a tout donné à Scotland Yard, qui n'a rien fait. 

En 1984 les flics étaient vaguement en train d'enquêter sur Elm Guest House, cette auberge chic à Londres, dans laquelle des enfants venus des orphelinats voisins étaient viols sous l'œil de caméras, par des députés, juges et autres stars de la pop. Parmi les visiteurs d'Elm Guest House, on a justement Sir Peter Hayman. 

Finalement, l'enquête a tourné court, de même que celle de 2003. Et les autorités chargées des foyers n'ont jamais jugé utile de mener d'enquête bien qu'elles aient été alertées. Dickens avait aussi envoyé une partie des documents relatifs à cette affaire à l'enquêtrice Andrea Davison[3]. Mais, la police les a saisis en janvier 2010 par les flics du Pays de Galles. Andrea Davison a expliqué qu'à cette époque, les flics avaient très peur que le réseau pédophile des VIP soit exposé à cause des frasques de Savile

Elle explique aussi que Dickens avait donné le même dossier à Leon Brittan, dont l'implication n'était pas établie à l'époque, mais qui en réalité faisait partie des visiteurs d'Elm guest House. Et Andrea Davison avait parlé de Brittan avec Dickens au début des années 90, et « Leon Brittan avait été cité par un certain nombre de survivants. C'était crucial pour le réseau pédophile de gagner la sympathie de personnes dans de hautes positions ». 

Il s'est d'ailleurs avéré que le dossier de 50 pages, remis en mains propres par Dickens en 1984, avait disparu du bureau de Brittan au ministère des affaires intérieures (home office). 

Quant au dossier de Dickens, il aurait été détruit par la famille à sa mort, car son épouse estimait que ledit dossier était trop sensible pour le garder au domicile familial. Mais, des copies existent, reste à savoir où elles se trouvent. 

Début février, John Stingemore, ancien dirigeant du Grafton Close Home, l'orphelinat duquel venaient certains des enfants[4] exploités à Elm Guest House (et qui a fermé depuis), a été arrêté, de même que le père Tony McSweeney qui était, semble-t-il, un habitué de la guest house. De fait, certains éducateurs du Grafton Close étaient des pédophiles jamais inquiétés. Parmi eux, Neil Kier, qui chapeautait le home. Terry Earland, qui dirigeait quant à lui les services de l'enfance du comté de Richmond, où se trouvait le Grafton Close, avait justement arrangé le coup pour que Kier soit l'éducateur qui s'occupe des enfants sortis de la Elm Guest House le jour de la seule et unique descente de police en 1982. 

Aujourd'hui, le même Earland, qui est pourtant en bonne place dans le dossier d'enquête sur Elm Guest House, explique qu'il a tenté deux fois d'alerter ses collègues et la police au sujet d'abus sexuels commis dans les orphelinats dont il avait la charge... 

Il a aussi expliqué qu'il avait été averti à l'avance de la descente dans la guest house par la police elle-même. D'ailleurs, toutes les autorités étaient au courant, ce qui explique peut-être que l'endroit était quasiment vide[5] alors que les flics s'attendaient à tomber sur une partouze avec une trentaine d'adultes. 

Pourtant, dans le quartier tout le monde savait très bien ce qu'il se passait dans la guest house. On parlait de ces députés et ces artistes qui quittaient le bordel la nuit, le pas rapide. On entendait les fêtes qui s'y déroulaient, on voyait les lumières... d'ailleurs, ils n'ont pas manqué de s'en plaindre à leurs représentants à l'époque, mais aujourd'hui ces politiciens semblent atteints d'amnésie

Aujourd'hui, la police est forcée d'enquêter, et en décembre 2012, une douzaine de victimes - des hommes- avaient déclaré à la police qu'ils ont été violés par des hommes à Elm Guste House. 

On apprenait encore récemment que, Peter Hatton-Bornshin, une victime qui a été placé au Grafton Close Children's home après le suicide de sa mère, disait avoir subi des viols répétés alors qu'il était dans ce home. En 1994 à 28 ans, il s'est suicidé par overdose de cocaïne, trop marqué par les sévices qu'il avait subis dans son enfance. Il avait pourtant été reconnu comme victime et avait touché une forte compensation. 

Une autre victime a expliqué aux flics que lorsqu'il était placé à Grafton close dans les années 80, il a été prostitué à Elm Guest House (où de sfilms étaient tournés), mais a aussi été envoyé à Amsterdam, haut lieu de la pédocriminalité à cette époque. 

Elm Guest House et les réseaux hollandais 

On a déjà dit que Elm Guest House était liée au réseau Spartacus, qui faisait de la pub pour les partouzes qu'on y organisait. Spartacus était un guide pour pédophiles diffusé dans 150 pays, qui donnait les bonnes adresses et même des bons de réduction, et qui était gérée par le père John Stamford. Et allez savoir pourquoi, il existe toujours

D'après l'enquête d'une travailleuse sociale qui avait rencontré Carole Kasir, la propriétaire d'Elm Guest house à l'époque, Glencross éditaitaussi la newsletter du groupe gay du parti conservateur[6], la CGHE Newsletter (Conservative Gay Homosexual Equality), dans laquelle on trouvait des pubs pour Elm Guest House. 

D'après la même enquête, et d'après l'Operation Fairbanks menée par la police, un autre visiteur d'Elm Guest House était George Tremlett, ancien chef du Conseil du grand Londres, ex journaliste et auteur, notamment d'une biographie de David Bowie. Il s'y rendait souvent à l'époque où les abus ont eu lieu. 

A l'origine, Elm Guest House était une guest house normale. Puis elle est devenue un lieu de rencontres homosexuelles à l'instigation de plusieurs personnes, dont John Rowe et le maquereau pédophile Terry Dwyer. Ce seraient également eux qui auraient introduit Carole Kasir auprès de Peter Glencross, ce curé qui a hébergé Hubert Védrine et était ami de son père. D'après ce rapport, Glencross était le « business manager » du guide Spartacus. 

Lors d'une perquisition dans son presbytère de Saint Léger des Vignes - celui où Védrine a été hébergé quelques années[7] plus tôt et où il vivait avec ses cinq fils adoptifs- au début des années 90, on a trouvé une quantité de matériel pédoporno[8] et de quoi faire des séances photo. C'est un mois après cette perquisition qu'un autre curé pédophile, le « pasteur Doucé », du Christ Libérateur, a été assassiné, très probablement par la DGSE qui est venue le chercher chez lui (on notera que Doucé était un ancien amant de Philippe Carpentier, pilier du CRIES dont on a déjà parlé). Glencross a été incarcéré et est mort rapidement après sa sortie en préventive, d'une crise cardiaque. Apparemment, c'était Doucé qui distribuait les photos prises par Glencross dans son studio. 

John Rowe était un pédophile qui organisait des voyages aux Pays bas pour les membres du Monday Club, un groupe de députés à l'aile droite du parti conservateur[9], et dont certains membres figuraient sur la liste des visiteurs d'Elm Guest House. Il était indiqué « MI5 » en face de son nom sur la liste des invités d'Elm Guest House, en relation avec un certain Russell Howard Tricker, ancien prof d'anglais condamné pour pédophilie devenu chauffeur pour un tour opérateur pour pédophiles anglais à destination des Pays Bas, où il s'est réfugié après sa condamnation en Angleterre à la fin des années 80. 

D'après l'enquête de Marcel Vervloesem, de l'association belge Morkhoven[10], transmise à la police, il transportait des enfants depuis l'Angleterre jusqu'au Pays Bas grâce à de faux passeports probablement obtenus grâce à ses contacts à l'ambassade d'Angleterre aux Pays Bas, afin de les envoyer dans des bordels. 

En 1995, il a pris 15 mois de prison pour trafic d'images pédopornos, et a été condamné avec une dizaine d'autres personnes, puis a repris ses activités en trouvant des appartements à Amsterdam pour des pédophiles en goguette. La bande rencontrait des enfants à Amsterdam et les embarquait pour des partouzes filmées. On peut aussi noter que John Stamford a été viré des Pays Bas en 1988 pour y avoir vendu des vidéos pédopornos, et s'est alors réfugié en Allemagne où les lois étaient plus laxistes en la matière. 

Stamford a aussi été condamné en Belgique, où il était venu prendre sa retraite à côté d'Anvers, après que l'Allemagne ait renforcé ses lois en matière de pédocriminalité. Dans un reportage anglais, des journalistes infiltrés qui s'étaient vus proposer deux garçons à Manille par Stamford (qu'on appelait « l'ange des bidonville »), ont filmé le curé alors qu'il disait « si vous êtes discrets, je vous garantis que vous aurez autant de garçons que vous voulez aux Philippines ». En outre, quatre associations suisses de défense des enfants le poursuivaient aussi à la fin des années 90

Enfin, à Amsterdam Tricker faisait partie de ce groupe d'anglais qui organisaient un réseau pédophile avec Warwick Spinks, qu'on ne présente hélas plus. Dans ce groupe (et également arrêté en 1995), Derek Brown, qui avait parlé d'un snuff movie qui n'était autre que celui du meurtre de Jason Swift en 1985, pour lequel une bande de marginaux a été condamnée. Brown a été condamné aux Pays Bas en 1989 pour production de films pédos avec des enfants hollandais et marocains, et était ami avec Mark Enfield, qui aurait été complice du meurtre de Jason Swift mais n'a jamais été inquiété. On reviendra très vite sur cette affaire Jason Swift, qui est loin d'être claire. 

Quant à Warwick Spinks, on peut dire qu'il a beaucoup voyagé jusqu'à son arrestation en 2012 au retour de République Tchèque, qu'il est impliqué dans le pédoporno y compris des snuff movies, et qu'il est devenu très riche. A Amsterdam, il traînait dans des bars gays où on fournissait aussi des enfants, et était en contact avec énormément de pédophiles venus d'Angleterre ou même d'Autriche, comme un certain René Osterwalder, médecin suisse émigré à Amsterdam, qui voulait prendre des enfants roumains pour les massacrer dans des snuff movies[11]. Il a ensuite monté ses propres bordels, où on vendait des enfants « derrière le comptoir ». Spinks était au croisement de plusieurs réseaux, dont celui de Zandvoort, via ses contacts avec Norbert de Rijke et Lothar Glandorf. 

Ensuite, Dwyer et un certain Barry Haddon ont transformé la guest house en bordel pour pédophiles. 

Pendant ce temps, on apprend que Haroun Kasir, l'ex mari de Carole Kasir et propriétaire de la guest house, se prépare à quitter l'Angleterre pour rejoindre son fils aux Etats Unis. 

On apprend aussi que le conseil de Richmond a préféré payer un arrangement à l'amiable avec une victime qui a porté plainte plutôt que de risquer un procès, et cela avec l'argent des contribuables. Apparemment, d'autres poursuites au civil ont eu lieu. 

La liste 

Liste des visiteurs d'Elm Guest House réalisée suite à des entretiens avec Carole Kasir :
  • Stuart Bell, fournissait des garçons, connaissait Dwyer. Ancien député, mort en octobre 2012. Il a commencé sa carrière politique au début des années 80. Il a aussi été porte parole pour l'Irlande du Nord de 1984 à 1987. En 2006, Bell est devenu chevalier de Légion d'Honneur en France, par Chirac[12]. En 2011, Bell s'est pris une volée d'œufs dans la figure. C'est le père d'un gamin violé qui avait demandé en vain de l'aide à Bell qui a envoyé les œufs. Le père avait trouvé son fils inconscient, et un type avait été condamné, mais le père de famille pensait que ce n'était pas le bon coupable.
  • Anthony Blunt, agent double du MI5 et des soviétiques, proche de la famille royale. Quand il a été découvert, il a balancé des collègues agents doubles afin que ses activités restent secrètes. Mais, on peut se demander pourquoi le MI5 l'a recruté en 1939 alors que les sympathies de Blunt pour les communistes étaient connues[13]. Puis Thatcher le balance en plein parlement en 1979 ? et Blunt perd son titre de noblesse ! Il est mort en 1983, au moment de l'affaire Elm Guest House. Il était aussi cousin de la mère d'Elisabeth II et son père travaillait pour l'ambassade d'Angleterre à Paris. Blunt a aussi traîné du côté du Kincora Boys Home à Belfast, où les services secrets exploitaient un bordel pour pédos afin de compromettre diverses personnalités. D'après certains, Blunt aurait contribué à étouffer les affaires concernant Jimmy Savile.
  • Sir Peter Bottomley. Député conservateur et membre du Monday Club. Il a servi dans l'administration Thatcher aux Transports et à l'Emploi, puis en Irlande du Nord. Il a été président de la Church of England's Children's Society et a été membre du comité politique de One Parent Families, et était membre de la commission ecclésiastique. En 1984 il devient membre du gouvernement Thatcher, notamment à l'Emploi puis aux routes et transports, et en 1989 il arrive en Irlande du Nord. Sa femme Virginia est l'une des dirigeantes de la London School of Economics, et en 1988 elle entre au gouvernement, comme sous secrétaire à l'environnement. Elle est aussi membre de la très atlantiste Fondation Dichtley. Le cousin de Virginia était ambassadeur aux Etats Unis
  • Ronald Brown, député travailliste mort en 2002, visiteur d'Elm Guest House et impliqué dans l'opération Fairbanks, au sujet de ladite guest house.
  • Peter Brooke: député conservateur, il a servi dans les cabinets de Thatcher et de John Major. Il a fait ses études à Harvard aux USA et est le fils d'un secrétaire aux affaires intérieures. En 1987 il était président du parti conservateur et en 1989 il devient secrétaire d'Etat pour l'Irlande du Nord (il y reste jusqu'en 1992), qui semble décidément une destination très prisée des pédophiles du gouvernement anglais, même si à cette époque, le Kincora Boys Home était déjà fermé. Il a été anobli en 2001.
  • Lord Leon Brittan, ex ministre de Thatcher, visiteur régulier d'Elm Guest House. En 1989, il quitte la politique nationale après avoir été anobli, pour devenir commissaire européen au commerce et aux affaires extérieures ainsi que vice président de la commission européenne en 1995 dans la commission Santer, qui a du démissionner en 1999 pour une histoire de corruption. En 2000 il est nommé baron, et est aussi vice président d'UBS AG Investment bank, directeur non exécutif d'Unilever et membre du conseil international de Total. En 2010, il est retourné au gouvernement comme conseiller au commerce jusque début 2011. Il était le bras droit de Thatcher lors de sa privatisation du pays à marche forcée. Tout au long de sa carrière, il a été sous le coup d'accusations de pédophilie, comme dans les années 80 avec l'affaire des orphelinats du Pays de Galles. En tant que « home secretary », c'est-à-dire les affaires intérieures, il a forcément été mis au courant des scandales de réseaux pédophiles ainsi que de leur étouffement systématique. Apparemment, la police s'est rendue chez lui après avoir trouvé dans sa rue un garçon à moitié nu qui leur a dit avoir été violé par Brittan et ses amis et les a amenés jusque chez lui.
  • Peter Campbell, prof à la Reading University, membre du Monday Club, il a aussi créé le LGBTory en 1975. Ce groupe est revenu en 1991 sous le nom de TORCHE (Tory Campaign for Homosexual Equality). C'est lui qui a inséré les pubs d'Elm Guest House dans la newsletter du groupe gay du parti conservateur.
  • DC Chris Carter, conseil de Richmond
  • Jess Conrad, ex Pop Star, acteur et chanteur.
  • Chris Denning, ex DJ, notamment à la BBC où il était collègue de Savil et de Gary Glitteret pédo reconnu puisqu'il a été inquiété pour la première fois en 1974 pour des attouchements. Il a ensuite fait 18 mois de prison en 1985 pour la même raison, et encore en 1988, quand il a fait 3 ans de prison pour avoir abusé d'un garçon de 13 ans et pour possession de pédopornographie. Denning a été grillé comme membre d'un réseau pédophile basé dans une boîte disco pour les jeunes dans le Surrey. D'autres membres éminents étaient Tom Paton, le manager des Bay City Rollers, ou Jonathan King, un chanteur et producteur qui a été condamné à nouveau en 2000 pour des agressions sexuelles sur des garçons commises entre 1983 et 1989. Denning a du être extradé de République Tchèque pour comparaître à son procès. En 2008 il a été expédié en Slovaquie où il vivait pour faire face à des accusations de production de pédopornographie, et a pris quatre ans de prison.
  • Terry Dwyer, proxénète impliqué avec Barry Haddon dans un réseau pédophile. Parmi leurs clients, Louis Minster le directeur des services sociaux du coin, Colin Peter, Donald South, directeur de l'éducation à Wandsworth, et une partie des enfants étaient fournis par Niel Kier du Grafton Close Childrens Home.
  • Steve Everett, travailleur social à Westminster
  • Peter Glencross, éditeur de la newsletter du Monday Club
  • Barry Haddon : fournisseur d'enfants
  • Guy Hamilton Blackwell, fils du president de Westland Helicopters
  • Charles Irving, député conservateur à tendance très nationaliste et membre du Monday Club. Nul à l'école, il a repris la chaîne d'hôtels familiale et s'est lancé en politique à la fin des années 40. Une fois député dans les années 80, il a fondé la National Association for the Care and Resettlement of Offenders (Association nationale pour l'aide et la réinsertion des délinquants) et aussi, étrangement, la National Victims Association, probablement pour mieux canaliser et museler lesdites victimes, notamment en développant la « médiation » et le pardon. Accessoirement, il était connu comme étant homosexuel.
  • Alan Jones
  • Colin Jordan, ex leader du National Front et qui avait aussi créé la White Defense League en 1957. L'héritière Dior, Françoise, fasciste notoire, l'a épousé en 1963, ce qui facilitera grandement le financement d'une sorte d'internationale néo fasciste. Françoise Dior travaillait à l'époque pour la World Union of National Socialists (WUNS), dirigé par Lincoln Rockwell, le chef de l'Amercian Nazi party. Dior a beaucoup sillonné l'Europe pour le compte de Jordan.
  • R Langley, de Buckingham Palace
  • DC David Lines, conseil de Barnes
  • Maurice McCall : probablement l'un de ceux qui fournissaient les enfants.
  • Sheila McInnes
  • Stan Matthews qui tenait le Monday Club de Londres et vivait apparemment du trafic de pédoporno. Il a séjourné à la Guest house et aurait été l'ami de Haddon.
  • WPC Elizabeth Meredith
  • Richard Miles, du Monday Club
  • Louis Minster, directeur des Services sociaux de Richmond depuis 1975, où était le Grafton Close Home. Pourtant, il a déclaré récemment au magazine Exaro qu'il n'avait jamais entendu parler d'Elm Guest house, contrairement à son collègue Terry Earland.
  • Colin Peters, QC, qui fournissait des enfants à des clients.
  • Donald Naismith, en charge de l'Education au conseil de Richmond. Il a ensuite fait une brillante carrière dans le secteur de l'éducationoù il a contribué à mener les grandes réformes libérales sous Thatcher.
  • Harvey Proctor, député et membre du Monday Club. En 1986, sa carrière politique a pris fin quand un magazine a publié des déclarations selon lesquelles Proctor avait battu des prostitués âgés de 17 à 21 ans dans son appartement de Londres. A cette époque, les relations homosexuelles n'étaient autorisées qu'à partir de 21 ans. Il s'en est tiré avec 1.450£ d'amende. Apparemment, il s'est vite refait, et en 2004 il régnait sur le château de Belvoir, un château de 365 chambres qu'on peut réserver pour des soirées privées ou des séminaires. Il y occupe le poste de secrétaire privé du duc et de la duchesse de Ruthland.
  • Patrick Puddles qui d'après Carole Kasir lui aurait mis la pression. Il tenait un magasin à Richmond et appréciait les séances photos dans le jacuzzi d'Elm guest House, avec des enfants bien sur.
  • Cliff Richard, Pop Star, connu à Elm Guest House sous le pseudo de "Kitty".
  • John Rowe, membre du MI5 et ancien député à l'époque des faits. D'après Carole Kasir, c'est lui et Terry Dwyer qui l'ont persuadée de transformer la guest house en bordel homo puis pédophile. C'est aussi le duo Rowe - Dwyer qui aurait présenté Carole Kasir au père Glencross, qui gérait le magazine Spartacus. Ce qui laisse penser que le MI5 n'était pas étranger à la mise en place de ce réseau pédophile basé à Elm Guest House.
  • Jimmy Savile : il était un grand ami d'Haroun Kasir et venait régulièrement à la Elm Guest House.
  • PC Roderick Smeaton
  • Cyril Smith, ancien député libéral de Rochdale mort en 2010, impliqué aussi dans l'affaire des orphelinats du Pays de Galles et de Jersey avec Jimmy Savile. Deux sources l'ont identifié comme un visiteur régulier d'Elm Guest house, notamment aux partouzes organisées chaque mois. Récemment, les flics ont admis qu'ils ont laissé de coté trois opportunités d'envoyer Smith en prison pour des viols de mineurs[14]. Un dossier le concernant et que la police a dit avoir perdu est désormais entre les mains du MI5 qui n'en fera probablement rien de plus. Tout au long de sa carrière, les rumeurs comme quoi il aimait les enfants n'ont cessé dans les rues de Rochdale. Dès le début de sa carrière, il s'est rapproché du domaine de l'enfance, prenant en charge les activités des jeunes, les écoles... Il a aussi créé un foyer pour les garçons de familles défavorisées, approchait les parents et disait que leur fils serait mieux dans le foyer. Financé avec l'argent public et avec des donations privées de businessmans du coin ou du Rotary Club, la Cambridge House a ouvert en 1962. Smith avait son propre jeu de clés et était là-bas, chez lui.
  • John Stingemore, qui était donc le responsable du Grafton Close Children's Home au jusqu'en 1981. Travailleur social des services de Richmond, il avait été poursuivi dans les années 80 pour des abus sur des enfants. Il a été arrêté en février en même temps que le père Tony McSweeney, dans le cadre de l'opération Fernbridge.
  • DC Ron Thornton, conseil de Richmond
  • George Tremlett, ancien leader du Conseil du grand Londres
  • Gary Walker, du Sinn Fein (parti nationaliste irlandais pourtant opposé radicalement à l'Angleterre). Il aurait plusieurs pseudonymes, dont celui-là.
  • Ron Wells, Musicien connu à Elm sous le pseudo de "Gladys". Il s'agit très probablement de Ronnie Wells, qui a commencé sa carrière à la fin des années 50 alors qu'il était enfant.
  • PC Chris Wicks
  • Ray Wire, celui-là est intéressant : c'est un expert en thérapies pour les enfants, mort en 2008. Il passe pour avoir été un pionnier dans le « traitement » des délinquants et criminels sexuels (notamment via des séances de masturbation), et avait créé à cet effet la Gracewell Clinic. Il passait très souvent dans les médias pour donner son avis au sujet des pédophiles, et conseillait aussi la police et les tribunaux. Bizarrement, il a appuyé les propos d'enfants évoquant des abus sexuels rituels et il a listé des symptômes que présentent les victimes. Il a aussi fait la liste des comportements que présentent selon lui les délinquants et criminels sexuels. Evidemment, cette nomenclature exclut le profil de pédos qu'on trouvait par exemple à Elm Guest House.

Notes : 

[1] Dickens a aussi expliqué qu'on avait retrouvé son nom sur la liste noire d'un tueur à gages. 

[2] Le PIO a été créé par Peter Righton, expert anglais de la protection de l'enfance, et le trésorier était Charles Napier. Une descente a eu lieu chez Righton (de son vrai nom Paul Pelham) en 1992, et on a retrouvé des films pédopornos souvent hard core, tournés à Amsterdam ainsi que toute une correspondance avec des pédos à travers le monde, qui prouvaient qu'il avait exploité, violé et prostitué des enfants. Pour cela, Righton a pris 900£ d'amende. On a aussi appris que l'amant de Righton tenait une école pour enfants émotionnellement perturbés. Quant à Napier, il avait déjà été condamné 1972 pour des abus sexuels sur mineur, puis est allé en Suède en 1978 où il a été enseignant, puis il a quitté le pays pour devenir prof d'anglais au Caire. Là, il s'est vanté de pouvoir envoyer des vidéos par valises diplomatiques anglaises. Napier a aussi contribué à créer une école en Turquie... En 1995, il fait 15 mois de prison pour un viol commis dans les années 80. Righton, en tant que chef de l'éducation en Angleterre, a même pris sa défense en 1972 pour dire que Napier n'était plus un risque pour les enfants, et même qu'il était un bon prof ! 

[3] Celle-ci a travaillé pour les renseignements britanniques, avant de retourner sa veste et de dénoncer l'existence d'un réseau pédophile d'élite impliquant des politiciens de premier plan, et dont les victimes provenaient souvent d'orphelinats. Elle a été poursuivie pour recel de documentset a subi de nombreuses procédures si bien qu'elle a demandé l'asile politique aux Etats Unis. 

[4] Au moins sept garçons. 

[5] Seul un ado de plus de seize ans, deux flics soi disant sous couverture et les patrons de la guest house étaient là ce jour-là. 

[6] Qui comptait 171 membres en 1983. 

[7] Lorsque Védrine a été parachuté par Mitterrand dans la Nièvre et qu'il lui fallait une adresse, pour la campagne de 1977. A ce sujet, Védrine a écrit dans « Les Mondes de François Mitterrand » : « Mais comment, lui demandai-je [à Mitterrand], être candidat dans une commune où je ne connaissais personne ? Il allait s'en occuper, me dit-il, en me mettant en contact avec des amis, les Maringe, qui me mettraient à leur tour en relation avec le curé de Saint-Léger-des-Vignes, le père Glencross, un anglais original échoué dans le Nivernais depuis la guerre, adoré de ses paroissiens et très proche des animateurs de la jeune équipe socialiste, Robert Billoué et Guy Leblanc. Ainsi fut fait ». Védrine a ensuite gagné les élections, de même qu'en 1983 et 1989. 

[8] Cela, en lien avec le réseau appelé Toro Bravo, qu'on n'a jamais découvert totalement. Le réseau a refait parler de lui en 1996, après qu'on ait trouvé des vidéos sur lesquelles apparaissaient des membres du réseau qui ont été laissés tranquilles. 72 arrestations s'en suivirent, dont celle de Bernard Alaptetite, réalisateur de films pédopornos, en lien avec un autre réseau appelé « Ado 71 », dans lequel on a compté plus de 800 perquisitions, 686 interpellations, 103 mises en examen et 15 suicides. Des clients de Toro bravo avaient aussi chez eux la revue Spartacus. La plupart ont eu du sursis et étaient amnistiables un an plus tard. Michel Caignet, un néo nazi pédophile qui fournissait des cassettes pédopornos, proche de Doucé et des réseaux Gladio, faisait partie de ce réseau. Il organisait aussi des tournages depuis la Colombie avec des mineurs. Là-bas, il collaborait avec Jean-Manuel Vuillaume, prof à Paris VIII en technique vidéo, qui tenait un bordel à Bogota. Caignet a dit qu'il achetait des vidéos pédopornos à Vuillaume pour 3.500 à 5.000F par original. 

[9] Tellement à droite et bourré d'extrémistes qu'en 2001 le Monday Club a été suspendu du parti conservateur. En fait, c'était la tête de pont du mouvement néo colonialiste anglais, qui a même préparé une sorte de coup d'Etat dans les années 70 contre le gouvernement d'Harold Wilson. 

[10] Association qui a découvert les CD Roms dits de Zandvoort, dans lesquels on a plus de 80.000 images d'enfants victimes de sévices. L'enquête a été étouffée dans certains pays et n'a même pas démarré dans d'autres, comme la France. On se rappelle notamment du substitut Yvon Tallec déclarant au JT de 20 heures qu'il fallait « minimiser » la portée de ces CD et donc de tout le réseau qui se trouve derrière, et j'espère pouvoir revenir sur ce sombre personnage très bientôt. 

[11] Il est aujourd'hui en prison à vie et a été extradé des Pays bas avec sa copine pour avoir enlevé, violé et torturé des enfants. 

[12] Le fait que Bell soit un pédophile notoire n'a probablement pas été un frein pour cette Légion d 'honneur, bien au contraire. 

[13] Certains disent que c'est Ted Rothschild qui l'avait recommandé, et Ted Rotschild était un espion à la solde d'Israël. 

[14] Barry Fitton, une de ses victimes, a déclaré qu'on ne l'avait jamais cru quand il avait parlé des viols commis par Smith. Alan Neal, une autre victime de Smith dans les années 60, a dit que certaines de ses victimes s'étaient donné la mort à force de passer pour des menteurs. Neal a été violé et frappé par Smith quand il avait 11 ans et qu'il était dans un foyer en 1964. En 1969, une enquête portait sur les accusations de huit garçons du Cambridge House Hostel (créée par Smith) à Rochdale ont dénoncé des viols commis par Smith entre 1961 et 1969. En 1997, une nouvelle victime de Smith parle aux flics de viols commis à Cambrige House entre en 1965 et 1968 et en 1999 ce sont de nouveaux viols, commis entre 1962 et 1965 qui sont dénoncés. Il n'y a jamais eu aucune poursuite.

Nous sommes sociaux !

Articles récents