Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


La Théorie de l'Evolution Remise en Cause

Publié par Diatala sur 8 Septembre 2011, 15:23pm

Catégories : #Aube de l'Humanité - Mystères

4711609248_1bee47aa7e.jpgsource : http://www.mondeinconnu.com 

Charles Darwin (12 février 1809 – 19 avril 1882) est le père de la théorie de l’évolution. Depuis sa reconnaissance comme « évidence » et comme modèle universel, elle est enseignée dans les classes et les universités comme seule explication possible de l’évolution de la vie sur Terre. Mais la théorie de Darwin ne satisfait pas tous les scientifiques, elle est même remise en cause : les chaînons manquants existent-ils vraiment où ont-ils été inventés pour combler quelques lacunes ? Comment peut-on expliquer certaines découvertes paléontologiques qui ne devraient pas être possible ? Le Docteur Hans-Joachim Zillmer, paléontologue-géologue, membre de l’académie des Sciences de New York a dressé une liste d’idées et de théories basées sur des évidences archéologiques qui contredisent la chronologie darwinienne et qui ont été confirmées.

« L’action des « super » raz-de-marée a été plusieurs fois démontrée :

- Vagues d’une hauteur atteignant jusqu’à 130m en Australie il y a 6000 et il y a 400 à 500 ans (Natural Hazards, vol 24, 2001 p 231-249).

- Un raz-de-marée haut de 500 mètres il y a prétendument 120 000 ans à Hawaï (Geology, vol.32, n°9, septembre 2004, p 741-744).

- Des « super » raz-de-marée ont rempli plusieurs lacs qui n’existent plus aujourd’hui : la mer Caspienne et le lac d’Aral (Science, 29/03/2002, vol 295, p 2379-2380)

- Le nord-ouest du Pacifique au niveau de l’Amérique du Nord a été en quelques heures radicalement transformé par un flot venant du lac Missoula et suivant la période glaciaire (Science 29/03/2002 vol 295 p 2379-2380)

- Tsunami de plus de 1000 m de haut sur l’Allemagne du vivant de nos ancêtres.

 

Autre faits contredisant la théorie : « le bois pétrifié peut se former en quelques jours (Advanced Materials, vol 17, janvier 2005, p73-77) / L’humanité a failli s’éteindre (Proceedings of the National Academy of Sciences » 1999, vol 96 p 5077-5082) / Il y a eu une modification rapide de l’axe de rotation de la Terre d’environ 20 degrés, accompagnée d’une modification globale du mouvement des plaques, de grandes éruptions volcaniques locales et d’une modification de la polarité du champ magnétique pendant l’ère des dinosaures (Science, vol 287, 21/01/2000, p 455-459) / L’existence des dinosaures il y a relativement peu de temps a été confirmée par plusieurs découvertes d’os non pétrifiés (cf Le mensonge de l’évolution, 2005, p 53sq.) ainsi que de quelques cellules manifestement intactes, tissu mou bien conservé et vaisseaux sanguins élastiques et extensibles, appartenant à un tyrannosaure fossile (Science, 25/03/2005), vol 307, p 1952-1955) / Le pétrole s’est formé de manière anorganique et non à partir de matière organique morte (Proceedings of the national academy of sciences, 2002, vol 99, p10976-10981) / Le grand canyon s’est formé en raison de super-raz de marées qui étaient jusqu’à 37 fois plus importants que la plus grande inondation par le Mississippi il y a 10 000 et seulement 1300 ans (in : House et al., 2002) / Des crânes de l’âge de pierre (néandertaliens et cromagnon) originaires d’Allemagne ont été brusquement rajeunis de presque 30 000 ans et leur âge a été estimé à tout au plus 5000 ans (Le mensonge de l’évolution, 2005, p 209 sq.) / Les oiseaux modernes ne proviennent pas de dinosaures théropodes (sauriens prédateurs) (Bild der Wissenschaft, Onlineticker 16/08/2002) / Coexistence de grands mammifères et de dinosaures : on a découvert en Chine les reste fossilisés, vieux de 164 millions d’années d’un proto-castor (Science, 24/02/2006, vol 311, p 1123-1127), et on a trouvé en outre un mammifère âgé de 128 à 139 millions d’années ( Repenomamus robustus) qui avait avalé un petit psittacosaurien (Nature, vol 121, 2003, vol 416, p 807-814) / Les primates pourraient avoir vécu déjà 35 millions d’années plus tôt qu’on ne l’admettait auparavant, pendant le crétacé, avec les dinosaures (Nature, 18/04/2002, vol 416, p 726-729). »

Anachronismes et failles

 

 

 

 


Le Docteur Zillmer va plus loin en affirmant qu’une cohabitation a été possible entre les hommes et les dinosaures, événement anachronique d’après la théorie de Darwin puisque les dinosaures ont peuplé la planète du Trias (il y a environ 200 millions d’années) au Crétacé (il y a 65 millions d’années), et que les hommes ne sont apparus sur Terre il y a « seulement » 7 millions d’années… Le paléontologue a étudié d’étranges traces de pieds humains aux côtés de traces laissées par des dinosaures notamment dans la région de Paluxy River. Les plus sceptiques diront que les hommes ont marché sur cette même couche géologique des millions d’années après mais pour lui, cela ne fait aucun doute : les dinosaures et les hommes ont évolué ensemble, reste à revoir à quelle période. D’après le scientifique, les erreurs de jugements et les anachronismes sont trop nombreux pour continuer à maintenir la théorie de l’évolution :

Pour Darwin, les animaux les plus vieux se trouvent logiquement dans les couches géologiques les plus profondes ce que Hans-Joachim Zillmer réfute:

« Après 64 millions d’années, chaque type de vestiges de l’époque des dinosaures, que ce soit le squelette ou la trace de pied, devrait être profondément caché dans le sol terrestre ! Les explications comme les glissements de terrain, les influences dues aux tremblements de terre, les failles des strates géologiques ou le bouleversement des plaques de la croûte terrestre, pour les découvertes qui sont faites au grand jour, ne peuvent satisfaire qu’un observateur non intéressé ou livrer une raison suffisante dans certains cas singuliers. »

Il n’hésite pas à fournir plusieurs exemples qui demandent réflexion : « Des archéologues ont trouvé en Mongolie intérieure un grand squelette de saurien. La plus grande pièce jamais découverte jusqu’à présent en Asie. Le dinosaure long de 21 mètres et haut de 7 mètres doit avoir pesé 100 tonnes. Il a été découvert dans la partie occidentale de la steppe de Xi-lin-Gol. Cette région est appelée le « dino-cimetière » parce qu’on y a déjà découvert plusieurs fois des squelettes et des œufs pétrifiés de dinosaures. On trouverait donc après 70 millions d’années, aussi simplement, un squelette dans la steppe ? Même si l’on tient compte des tempêtes importantes et de vents correspondants, les découvertes de ce genre devraient être considérées comme un coup de chance extraordinaire. Pourtant, d’autres communiqués de presse témoignent de découvertes similaires dans le monde entier. Au Brésil, une femme emmenait son chien promener et à découvert ainsi, tout simplement, un squelette de dinosaure entier. À Sumatra, des pêcheurs avaient pris un squelette dans leur filet, et craignaient, à leurs dires, que ce ne soient les restes d’un dragon ! Les scientifiques qui s’y rendirent identifièrent cette pièce comme étant les restes d’un dinosaure aquatique. Ainsi donc, après au moins 64 millions d’années, on attrape tout simplement un squelette avec un filet de pêche absolument normal ? Ces vieux ossements ne devraient-ils pas être depuis longtemps putréfiés, couverts de coraux ou pulvérisés d’une autre manière par les meules du temps ? »

Nous sommes sociaux !

Articles récents