Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Histoire : 297 années de trop nous ne sommes pas en 2011 mais en 1714

Publié par Diatala sur 8 Juillet 2011, 13:08pm

Catégories : #Archéologie- Paléo - Civilisations - Savoir Oublié

54181401_p.jpg

Signes des Temps on June http://www.futurquantique.org/

 

Remarque liminaire : cet article présente une théorie qui demande au lecteur de faire part d’ouverture d’esprit, les idées présentées sont en effet radicalement originales.

Le Haut- moyen âge a-t-il vraiment existé ?

Si la question est étonnante, une réponse négative l’est encore plus ! Car elle contredit toutes nos connaissances fondamentales et remet en cause notre conception de l’Histoire. Entre l’Antiquité et la Renaissance, certains historiens affirment qu’il y a près de 300 ans de trop dans la chronologie communément admise. Par exemple, l’Empereur Auguste aurait vécu non pas, il y a 2000 ans mais il y a 1700…

De nombreux chercheurs de la « Nouvelle chronologie » ont développé l’hypothèse du temps-fantôme, et affirment que notre calendrier est parasité par 297 ans ! Les historiens seraient ainsi victimes d’une multitude de documents faux, falsifiés volontairement ou non, depuis le Moyen Age.

Le Haut Moyen Age (614-911 AD) n’aurait donc jamais existé, et 297 années auraient été ajoutées au calendrier, soit à cause d’une mauvaise interprétation des documents, soit par falsification (selon les variantes). Cela signifierait que tous les artefacts (documents, œuvres d’art, tombes etc.) attribués à ces trois siècles appartiennent à d’autres périodes, et que tous les événements ont bel et bien eu lieu mais soit avant, soit après cette période reconstruite. Ainsi, Heribert Illig, l’un des principaux partisans de la théorie, estime que Charlemagne était un personnage de fiction.

La genèse de l’idée semble émerger avec les nombreux problèmes de datation des documents médiévaux. Horst Fuhrmann, président de la Monumenta Germaniae Historica et médiéviste reconnu, explique qu’il y un grand nombre de contrefaçons et de documents suspects et souligne que de nombreux documents historiques sont truqués.

Mais quels sont les arguments qui viennent étayer cette thèse ?

Nous ne sommes pas en 2010, mais en 1713 !

Heribert Illig (né en 1947, à VohenstrauB, Allemagne ) affirme qu’il y a eu un effort systématique pour faire apparaître des périodes de l’histoire qui n’existent pas : en particulier le Haut Moyen Age (614-911). Heribert Illig a l’intime conviction que lors de l’introduction du calendrier grégorien en Europe (1582), plusieurs dates ont été faussement (ou maladroitement) recalculées

Sa théorie repose sur la relation entre le calendrier julien et le calendrier grégorien. Le calendrier julien, instauré par Jules César, est connu pour introduire un décalage d’environ une journée par siècle. Au moment où le calendrier grégorien a été mis en place en l’an 1582, le calendrier julien aurait dû produire un décalage de treize jours. Au lieu de cela, les astronomes et mathématiciens travaillant pour le pape Grégoire ont modifié le calendrier civil de dix jours, seulement…

Le calcul de Illig lui permet de conclure que notre ère compte près de trois siècles n’ayant jamais existé !!

Qu’est-ce que la « Nouvelle chronologie » ?

Au XXème Siècle, d’autres chercheurs ont également proposé des modifications de la chronologie conventionnelle : certains ne variant que légèrement de la chronologie académique, d’autres nécessitant un réagencement significatif.

Anatoly Fomenko (né le 13 mars 1945), est un scientifique russe, docteur ès sciences, professeur, titulaire de la chaire de géométrie différentielle et des applications de la faculté mécanico-mathématique de l’Université de Moscou. Il a reçu en 1996, le prix d’État de la Fédération de Russie, mais il est plus connu comme l’un des principaux théoriciens de la « Nouvelle Chronologie » historique.

La nouvelle chronologie selon Anatoly Fomenko est, une réécriture de l’Histoire, fondée sur le fait que la chronologie du monde tel que nous le connaissons aujourd’hui est fondamentalement erronée. La « nouvelle chronologie » est nettement plus courte que la chronologie traditionnelle.

En 1980, Fomenko et quelques collègues du département de Mathématiques de l’Université de Moscou, ont publié plusieurs articles sur les « nouvelles méthodes mathématiques dans l’histoire » dans plusieurs revues scientifiques. Ces articles ont évidemment suscité des controverses. Au début des années 1990, Fomenko tire les conséquences de cette hypothèse à partir d’exemples : une série d’événements ont été, selon lui, enregistrés à plusieurs reprises à partir de perspectives différentes, et à chaque itération, l’événement aurait été affecté à une période différente

L’idée de l’existence de doublons chronologiques remonte au début du XVIIIe siècle et à Newton ou à Hardouin qui ont estimé que de nombreux anciens documents historiques sont beaucoup plus récents qu’on ne le croit.

En effet, l’un des plus grands scientifiques de l’Histoire, Sir Isaac Newton (1643-1727), avait lui-même mis en avant le problème de la chronologie conventionnelle : les données historiques officielles étaient, pour lui , inexactes. Il affirmait que les Grecs classiques devaient être replacés et se situer environ 300 ans plus proches de nous.

Jean Hardouin (1646-1729) était un érudit français qui avait une prédilection pour la littérature classique. En 1685, il publia une remarquable édition de l’Histoire Naturelle de Pline. Selon Hardouin, la majorité des classiques de la littérature grecque et romaine n’avait pas été produite par des auteurs grecs et romains, mais avait été forgée au Moyen Age par un groupe de moines bénédictins.

Hardouin soutenait que tous les conciles censés avoir eu lieu avant celui de Trente étaient fictifs et dans ses Chronologiae ex nummis antiquis restitutae (1696), il entendait prouver que, à l’exception des œuvres d’Homère, d’Hérodote et de Cicéron, de l’Histoire naturelle de Pline, des Géorgiques de Virgile, et des Satires et des Épîtres d’Horace, tous les écrits classiques de la Grèce antique et de Rome étaient des faux, fabriqués par des moines du XIIIe siècle, sous la direction d’un certain Severus Archontius. Il niait l’authenticité de la plupart des œuvres d’art, des pièces de monnaie et des inscriptions anciennes, et assurait que le Nouveau Testament avait été à l’origine écrit en latin.

Nouvelle chronologie du monde : une fascinante hypothèse

Avec Anatoly Fomenko, , d’autres érudits tels que Heribert Illig , Uwe Topper ou Hans-Ulrich Niemitz, se sont mis en quête de distorsions chronologiques.

Uwe Topper émet l’hypothèse que la plus grande partie de l’Histoire mondiale a été écrite après le XVIe siècle, et que beaucoup des événements qui auraient eu lieu avant 1400 ne doivent pas être considérés comme des faits authentiques.

Selon Illig et Niemitz, nous ne disposons actuellement que de témoignages écrits et archéologiques plutôt approximatifs sur le Haut Moyen Âge.

Dans son article « Did the Early Middle Ages Really Exist ? », le Dr. Hans-Ulrich Niemitz indique : Si certains de nos collègues nous accusent d’être des irréalistes ou de fantaisistes, je tiens à dire que ce n’est pas un péché mortel que d’interroger les paradigmes existants de la science. Notre thèse produit de nouveaux problèmes et donc de nouvelles questions. Nous devons résoudre les problèmes de l’historiographie du Haut Moyen Âge. Évidemment notre projet est s’inscrit dans le cadre d’une recherche interdisciplinaire. C’est seulement de cette façon que nous pouvons avoir la distance nécessaire. »

Ce n’est pas le Moyen – Âge dans l’Histoire qui est remis en question, mais une certaine histoire du Moyen – Âge, la durée qui nous sépare de l’Antiquité gréco-romaine devant alors être revue à la baisse.

Si ces courants de pensée d’Histoire alternative parvenaient à ébranler la chronologie conventionnelle, il s’agirait d’une de ces révolutions profondes, de celles qui bouleversent entièrement l’Humanité…

Source :Besoin de savoir

Nous sommes sociaux !

Articles récents