Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Nucléaire : La grande défaillance de sécurité des sites et les propos irresponsables de Nathalie Kosciusko-Morizet

Publié par Diatala sur 6 Décembre 2011, 15:52pm

Catégories : #Nucléaire

3260281748_5c6196dc2c.jpgParfois, ou plutôt souvent, il serait préférable que les hommes et les femmes médiatiques considèrent le silence comme une vertu, principalement quand ils sont ministres et élus. Ainsi nous entendions hier soir, chez Yves Calvi, Nathalie Kosciusko-Morizet s’exprimer d‘une manière très détachée sur l'affaire de l’intrusion de militants de Greenpeace à l'intérieur des centrales nucléaires françaises.

Pour NKM cela ne semblait en aucun cas être une catastrophe. Un incident banal en quelque sorte. Pour NKM la sécurité des centrales n’était pas remise en cause car personne ne pouvait parvenir au cœur de celles-ci, dans les salles de contrôle.

Une explication somme toute excessivement légère, simplette, et surtout sans aucune pertinence face à la réalité des faits. Ajoutant que : « le service de sécurité avait repéré qu’il s’agissait de militants de Greenpeace et que de ce fait elle ne s‘était pas inquiétée » Déclaration grave. Puis de préciser que : « la sécurité n’allait quand même pas ouvrir le feu sur des pacifistes » . Déclaration encore plus grave puisqu'elle signifie que le service de sécurité a délibérément laissé ces personnes entrer sur des sites extrêmement dangereux, monter sur un réacteur sans les interpeller ni les fouiller et, qu‘officiellement, personne ne savait si ces hommes n‘étaient pas en réalité de faux militants armés. Voire, qu’un d’eux pouvait tranquillement prendre le temps de déposer un engin explosif à retardement. Des réponses stupéfiantes.

Un laissez-passer qui mérite pourtant de s’interroger sur la connivence qui pourrait éventuellement exister entre des salariés et des membres de Greenpeace.

NKM prendrait-elle alors les téléspectateurs pour de sombres imbéciles ou est-elle à un poste qui ne lui convient pas du tout ? Les deux mon capitaine !

telechargement.jpg

Quant aux déclarations du jeune représentant de l’UMP, Maxime Buizard, elles méritent que les partis s‘interrogent sur leurs règles absentes, celles qui leur font défaut et qui permettent ce genre de dérapage sur les réseaux sociaux : « La gendarmerie aurait dû abattre les terroristes de Greenpeace ! Ils ne méritent pas de traitements particuliers…».

Un Internet qui est pourtant décrié par les responsables politiques quand cela les arrange, et surconsommé quand cela les arrange aussi. C’est l’attitude bien reconnaissable des donneurs de leçons qui ne supportent pas d‘être pris en flagrant délits de théories fallacieuses et de mensonge sur le Net, mais qui, pour être crédités et portés au pinacle l‘encensent avec autant d‘ardeur qu‘ils ne le critiquent.

1548527420_5214050e71.jpgSuite à cet exploit des questions essentielles, urgentes et graves se posent . Comment est-il possible que n’importe qui puisse cisailler le très très simple grillage des centrales et pourquoi une clôture aussi rudimentaire a-t-elle été décidée ? Pourtant il n’est pas question de garder des vaches à l'intérieur de ces clôtures.

Comment est-il possible que n’importe qui parvienne à pénétrer dans le no man’s land nucléaire, à monter sans être importuné sur le dôme d’un des deux réacteurs et d’y peindre en prenant son temps le signe Danger ? N’y -a-t-il pas des caméras qui visionnent bien au-delà du périmètre, aux abords des centrales et à l’intérieur des parcs ? Les surveillants dormaient-ils ou étaient-ils scotchés devant la télé ou ivres ?

Le temps qui s’est écoulé, entre l’arrivée devant les grillages, et celle sur le dôme, est beaucoup trop long pour suggérer que personne ne se soit aperçu de rien. La complicité semble de facto être la réponse.

4319116140_a0b248af33.jpgComment justifier également cette irresponsabilité et cette incurie venant des dirigeants du nucléaire et ces réponses stupides venant de la ministre de l’Ecologie ?

Si il est évident que le n° 1 du nucléaire est une proie à absorber pour ces archontes schizophrènes, ceux qui veulent redessiner le monde en concentrant tous les pouvoirs dans leurs mains, ce gravissime manque de sécurité existe lui apparemment depuis le début des installations et les Français ont le droit d‘obtenir une réponse sur ces manquements.

Normalement, rien ne devait permettre ou rendre réalisable une telle intrusion, même avec un système de sécurité si basique, sauf si celle-ci a été commanditée par une cellule bien au-dessus de Greenpeace et ayant des agents œuvrant à l‘intérieur des centrales.

La première chose à laquelle nous pensons tous, en entendant cette information, est que la porte est grande ouverte aux terroristes. Pire, c‘est une invitation officielle.

Et qui demain serait étonné si nous apprenions que l’une des centrales a été la cible d’attentats terroristes ? Personne. Si cela devait arriver, alors il est évident que ces précédentes intrusions, inouïes, seraient un alibi idéal pour les vrais responsables, elles éviteraient à certains de se poser les bonnes questions, de regarder ailleurs et de savoir surtout à qui profite réellement le crime. À moins qu‘il ne s’agisse d’un avertissement ?

Nous sommes sociaux !

Articles récents