Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Un homosexuel britannique fait un enfant à sa mère

Publié par Diatala sur 23 Mars 2015, 10:32am

Catégories : #Gender- Mariage homo- GPA- PMA

Un homosexuel britannique fait un enfant à sa mère

Source : 24heuresactu.com

Un homosexuel britannique a demandé à sa mère d’être la mère porteuse de son enfant qui sera, de fait, également son frère

Quand on ouvre la boite de Pandore !

Tout est désormais possible avec leurs lois destinées à faire de l’humain un bien de consommation, sous couvert de « progrès sociétal » (décadence), de « tolérance » (indifférence) et « d’égalité » (uniformisation).

Kyle Casson est un homosexuel anglais de 27 ans qui travaille dans un supermarché. Alors qu’une amie s’était engagée à porté « l’œuf » fécondé par ses soins (on ne sait rien de la mère biologique de l’enfant, mais l’œuf doit bien venir de quelque part…), elle lui a fait faux bond au dernier moment. Pas de bol quand on a payé une fortune pour acheter un « œuf » et pour que des laborantins y mettent notre sperme !

Du coup Kyle a eu une idée de génie : il a demandé à sa mère de lui servir de mère porteuse. Cette dernière, Anne-Marie Casson, âgée de 45 ans, a accepté la proposition atroce de son fiston…

L’enfant dont la mère est également la grand-mère et dont le père n’est autre que son frère a aujourd’hui 8 mois et il s’appelle Miles. Son papa/frère s’est dit « très heureux d’avoir un fils ».

Selon la loi britannique, Kyle n’est pour le moment que le frère de son fils, mais la juge chargée de cette affaire lui a proposé d’adopter son « frère » (comme quoi il n’y a pas qu’en France que les juges sont des grands malades).

Toute l’idéologie consumériste de ces décadents est résumée en une phrase du papounet/frangin : « Tant qu’on peut offrir un toit et financer l’éducation, je ne vois pas pourquoi on aurait pas le droit d’être parent ». Autrement dit, si on a de l’argent il n’y a pas de raison que certaines choses ne s’achètent pas…

Bien sûr, ce jeune homme s’intéresse avant tout à la bonne santé psychologique de son fils/frère. Il souhaite donc expliquer à l’enfant la vérité sur sa conception/gestation. « Je lui dirai aussi qu’il a été vraiment désiré », explique-t-il avant de préciser pourquoi il a voulu un enfant malgré son célibat : « Personne ne peut garantir que je rencontrerai un jour quelqu’un. » Le droit à l’enfant dans toute son horreur !

Visiblement, ce grand malade émotivement immature est très fier d’avoir imposé ses caprices à sa mère et à ce pauvre enfant qui n’a rien demandé : « Comme la mère porteuse était ma mère, j’ai pu aller à tous les rendez-vous avec la sage-femme et à toutes les échographies ». On voit bien dans la légèreté de ces propos la vision consumériste de cet homosexuel qui a acheté un bébé comme un animal de compagnie. Oui, bonne idée, engrossons nos mamans, comme ça on pourra assister aux échographies… mieux qu’à la télé !

Par soucis d’éthique, la mère/grand-mère a décidé de faire une césarienne, car, « cela était plus digne pour ma mère » (SIC), explique Kyle. « Ce n’est pas mon enfant. Je ne veux pas pousser », conclue-t-il comme un enfant capricieux qui ne réalise pas l’ampleur de ses désirs.

La décadence consumériste sous couvert d’égalité, c’est maintenant !

S. Bear Bergman

S. Bear Bergman

Homosexualité à l'école : S. Bear Bergman "Je suis venu pour endoctriner vos enfants"

 

« Juif et queer », S. Bear Bergman avoue vouloir « endoctriner » les enfants pour propager la pensée LGBTQ

 

Médias-Presse.Info

 

Né en 1974, S. Bear Bergman est un transsexuel et se présente sur son site Internet comme « à la fois juif et queer ». Jusqu’en 2006, il présidait l’Union nationale des étudiants juifs LGBT (National Union of Jewish LGBT Students). Il est ensuite devenu un conférencier sillonnant les universités américaines pour y parler de la « question transgenre dans la perspective des droits de l’homme ». Sa conférence « LGBT, le Tikkoun Olam et moi : intersection du judaïsme et de l’expérience trans » a été présentée dans huit universités américaines. S. Bear Bergman précise sur son site internet « avoir été invité à écrire le chapitre sur l’inclusion trans dans le Guide pour les LGBTQ de Hillel international » qui est une émanation du B’naï B’rith.

Le 7 mars 2015, sur le site Huffington Post, S. Bear Bergman publiait une tribune intitulée « Je suis venu pour endoctriner vos enfants selon mon agenda LGBTQ (et je ne suis pas du tout désolé) ».

Voici quelques extraits :

« Je suis ici pour vous l’avouer : longtemps j’ai dit que je n’endoctrinais pas les gens avec mes convictions au sujet des personnes lesbiennes et bi et trans et queer et gay ? C’était un mensonge. Pendant les 25 ans de ma carrière de militant LGBT, et depuis la toute première fois, à 16 ans, que je suis allé tremblant parler de mon histoire devant onze personnes, j’ai été constamment en campagne afin d’essayer de changer la mentalité des gens autour de nous. Je veux les rendre comme nous. C’est absolument mon objectif. Je veux faire de vos enfants des gens comme moi et ma famille, même si cela va à l’encontre de vos convictions religieuses. Je veux être perçu comme un agréable père et écrivain qui est marié à un autre gars. Et qui est utilisé comme une (sorte de) fille. […]

 
Un homosexuel britannique fait un enfant à sa mère
C’est notre travail : influencer les gens, surtout les enfants, afin qu’ils pensent différemment […] Pour le moment, je suis en train d’aider à mettre la touche finale à une série de livres pour enfants, qui traitent tous des lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, ou des enfants queers. Il y a six livres, et ils sont racialement multiculturels, remplis de filles et de femms qui font des choses cool, d’enfants choisissant leur propre identité de manière joyeuse et paisible, page après page. […] Parfois, les gens demandent – pourquoi je me suis intéressé à la littérature pour enfants. [ …]
 
 

Note : Choisir d'être Trans ne semble pas être un épanouissement mais l'inverse quand nous voyons le physique de cette personne qui est obèse, donc qui doit ou qui peut dévelloper toutes les maladies inhérentes au surpoids et mourir très jeune.

Cette surcharge pondérale importante vient également contredire à elle seule tous les discours de propagande de Bear Bergman et remet en cause son épanouissement. D'ailleurs de nombreux trans se suicident.

Nous sommes sociaux !

Articles récents