Sur Photoshop, tu peux utiliser autant de calques que tu veux. Les anciens eux, n’avaient pas ce luxe. En effet, les feuilles dites « transparentes » ne sont pas si transparentes que cela. Plus on en met, plus les différences de contraste entre les éléments de l’image deviennent évidentes. Il fallait donc s’en tenir au strict minimum de calques possibles.

La NASA a truqué les images des missions Apollo en utilisant la technique des calques. Plus tard, en scannant les images et en les mettant en ligne, sans le savoir, ils ont trahi le truquage initial. En fait, les scanners et ordinateurs d’aujourd’hui sont très puissants et détectent de subtiles différences de contraste dans les images. Quand on de-sature les images ou bien quand celles-ci commencent à pixéliser sous l’effet de la compression, leurs zones ne se comportent pas de la même manière en fonction du calque dans lequel elles étaient à l’origine.

Si vous regardez la photo officielle AS17-134-20471, vous remarquez que la pixellisation laisse un rectangle autour de la terre. L’image de celle-ci a été collée et la photo est un montage. En enlevant les teintes dans la même photo, ça devient plus grave encore. La zone autour de la terre se comporte autrement que le reste de la photo montrant le montage.