Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Roseline Bachelot : « Mademoiselle » par « Madame » Un premier pas vers la confusion dans les viols, la pédophilie ou l’inceste

Publié par Diatala sur 18 Novembre 2011, 17:48pm

Catégories : #Elus-Polique et étrangère-Scandales- Elections

 

2806396498_7c354a94de.jpgLa ministre des Solidarités, Roselyne Bachelot, a annoncé mardi avoir demandé au Premier ministre François Fillon que le terme de "mademoiselle" disparaisse des documents administratifs au profit du seul "madame", au nom de l'égalité entre les sexes.

Est-ce la mesure susceptible de faire changer les comportements misogynes et phallocrates, marqueurs de l’inégalité entre les sexes, ou est-ce une mesure idiote, donc qui ne sert à rien à ce niveau ? C'est comme de savoir si les torchons doivent être repassés ou pas pour soulager l'activité ménagère des femmes. 

Décidemment ces associations, dites féministes sur lesquelles la ministre s'appuie, créées de toutes pièces pour être infiltrées et manipulées afin de pervertir les valeurs garantes du respect, de l’évolution biologique et des traditions, mènent des combats bien singuliers pour soi-disant aider les femmes. Avec des Chiennes de garde, des Caroline Fourest & Co, qui ne sont que des manipulables, manipulées à l’extrême, nous comprenons vite que ce combat en faveur des femmes est un piège.

3602901945_0b09ee9a5a.jpgCes luttes, qui hier pouvaient parfois être nécessaires, même si derrière se cachaient des sociétés secrètes, se sont élargies à des visées incohérentes. Ces féministes ont également changé leur façon d’agir puisqu’elles sont désormais organisées en quasi communautés largement subventionnées pour servir de levier aux manipulateurs/destructeurs de société. Mais elles sont surtout très très loin de représenter la majorité des femmes, et pourtant, on se sert d‘elles comme référent et exemple d‘avancée pour les droits féminins.

Aujourd’hui leurs revendications vont à l’encontre du bon sens et de l‘intuition des vraies femmes indépendantes d'esprit. Que savent-elles d’ailleurs de ce que veulent vraiment les femmes ces minettes balancées à la tête de ces associations pernicieuses ? Pourquoi nous les impose-t-on et pourquoi des minorités à terme l’emportent-elles toujours sur la majorité silencieuse ? Le silence n'est pas toujours d'or, et par manipulation et sophismes, un changement discret et profond est à l'œuvre pour briser l’éthique sur le vivant, les codes de la morale, non moraliste, les structures familiales et sociétales afin de faire se dégénérer seule la race.

 2235240386_8c9c52af95.jpgEt si les femmes n’avaient surtout pas besoin de ces porte-voix, non-élus par nous, pour répondre et reprendre leur place ? Et si les femmes estimaient qu’elles n’étaient nullement inférieures aux hommes, (sauf pour les salaires et les emplois), l’ont-elles envisagé ? Et si ces associations faisaient plus de mal aux femmes que de bien ? Vociférer que l’on veut être l’égale de l’homme est simplement reconnaître que nous sommes inférieures à lui. C‘est institutionnaliser un mensonge. Le seul combat avant d'être collectif, doit être avec soi-même, homme et femme, surtout l'homme, pour changer nos comportements, nos jugements, nos croyances et nos connaissances didactiques erronées. 

6285814491_44da9ed685.jpgQuand le pouvoir de l’ombre décide de casser une structure sociétale, une qui l‘empêche d‘avancer ses pions, il y a toujours un élu ou un ministre pour faire son boulot. Ici Roseline Bachelot saute sur l’occasion pour porter en étendard ce pseudo combat. Sans doute est-ce pour revenir sur le devant de la scène après sa pitoyable gestion du H1N1 et le scandale inhérent à celle-ci.

Mais sait-elle au moins pourquoi elle fait ça ? A-t-elle cherché à savoir pourquoi certains voulaient en arriver à changer cette désignation administrative et cette civilité qui, pourtant, ne marque en rien une inégalité ou une intrusion dans la vie privée, contrairement à ce qu‘elle assure ? Elle invoque que : « On demande dans les documents administratifs de choisir "madame" ou "mademoiselle". C'est donc une intrusion dans la vie privée puisqu'on demande à la personne de s'identifier comme mariée ou non mariée », s'est indignée la ministre, « On ne le fait pas pour monsieur! A moins (qu'on se mette à demander) de cocher "monsieur" ou "mon damoiseau" (...) Moi je veux de l'égalité partout ». Ouhhhhhhhhhh !!!!!!!!!

2183289762_816ce25cdc.jpgR.B n’a-t-elle jamais rempli un simple formulaire administratif ? Sans doute, puisque une case doit toujours être cochée par les personnes des deux sexes pour connaître leur situation : célibataire, marié ou divorcé. Il est donc sidérant d’entendre de telles inepties et de constater une telle manipulation.

3620214358_fb78db48d1.jpgL’intrusion existe par contre ailleurs, et dans de nombreux domaines, mais certainement pas dans celui-ci. Les interdictions et les obligations sont dans les lois liberticides, dans les dogmes politiques, médicaux, religieux et avec les médias-menteurs qui pénètrent tous les jours dans chaque foyer. Là il y a une véritable intrusion. Un vrai grand combat serait d’éradiquer les mensonges et les sophismes, eux, qui sont une véritable et grave inégalité informationnelle en ayant un pouvoir d‘ostracisme.

4060899573_237401fa14.jpgSi le sens des mots évoluent au cours des générations successives, et ce, d’une manière qui diffère parfois de son origine, «Mademoiselle » désignait selon le dictionnaire une « petite maitresse », venant de dominicella. Puis une fille non mariée, Populairement une jeune fille du monde. Aujourd’hui il évoque concrètement une jeune fille et celle qui n’est pas encore mariée.

Un commerçant, un médecin ou n’importe qui appelle toujours une jeune fille, même de cinq ans, « Mademoiselle » . A terme il dira « Madame ».

Ce simple changement de désignation se généralisera dans le langage courant et, rapidement, il aura un effet psychologique dans les procès pour pédophilie, viol et inceste, puisque juridiquement, il ne sera plus question de la victime « Mademoiselle Unetelle » mais de « Madame Unetelle ».

 5056530646_055cb919bc.jpgLa civilité « Madame » renvoie à une femme mature, sachant faire des choix, apte à juger une situation dangereuse, à discerner une avance courtoise de celle qui ne le serait pas, une gentillesse d’un abus ou d’une contrainte, à se défendre mieux et à être responsable. A l‘inverse  « Mademoiselle » est toujours employée pour désigner une jeune fille ou une très jeune fille n‘ayant pas atteint ces états de conscience, ces réactions et ces comportements de femme.

4784635879_706f109c4c.jpgCet amalgame entre une femme et une jeune fille servira la défense de ces abuseurs, de ces violeurs et de ces prédateurs pour minimiser leur crime, voire, comme ils le souhaitent, à décriminaliser la péodophilie, le viol et l'inceste.

Madame Bachelot, les femmes se foutent de votre combat stérile en pleine crise mondiale, et je suis certaine que les mères souhaitent que cette différence entre une femme et une enfant reste et perdure pour laisser cette barrière entre l’enfance et le stade adulte, donc responsable !

Nous sommes sociaux !

Articles récents