Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Élisabeth Badinter, femmes d'affaires, prône la GPA devant la Commission des lois

Publié par Diatala sur 18 Décembre 2012, 13:17pm

Catégories : #Alerte : Eugénisme- GPA-PMA-Mutilation- Euthanasie

Cap-copie-1

 Élisabeth Badinter, femmes d'affaires, prône la GPA devant la Commission des lois

 

 Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme 

Article 23  1. La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'Etat.  

Élisabeth Badinter est l’épouse de Robert Badinter et la fille de feu le magnat milliardaire Marcel Bleustein-Blanchet, créateur de Publicis. Elle est actionnaire et présidente du conseil de surveillance de ce groupe.

Sur Wikipédia il est dit aussi qu’elle est une femme de lettres, une philosophe, une féministe et une femme d’affaires.

Décidemment certains titres comme celui de philosophe et femme de lettres sont décernés sans raison, comme d'ailleurs à BHL ou à sa fille qui a pondu trois livres en quinze ans et qui est elle aussi qualifiée de - Femme de lettres - . 

photo 

Alors que la loi sur le mariage gay, n’est pas encore votée, ceux qui se cachent derrière poussent les portes à grands coups de tête de bélier pour qu'elles s'ouvrent sur l'eugénisme légal et généralisé et bien évidemment en ce moment aussi sur la Solution Finale, soit l'euthanasie.

Je redis ce que je dis depuis toujours : ce - Mariage pour tous - n’est que la petite étape qui permettra de généraliser à terme la sélection des enfants à naître afin de créer une nouvelle race génétiquement modifiée. Les imbéciles et les crédules eux n’y voient qu’une avancée majeure et une égalité pour tous. Si ce dessein est diabolique, il est aussi pathétique de constater que ses adeptes ignorent qu'ils n'en sont que les premières victimes-cobayes, enfin surtout leurs enfants. Tant pis pour eux.

Mais pour y arriver totalement ils doivent abroger les lois, les codes, redéfinir les notions de liberté, d'égalité et de sexualité, les valeurs morales et anthropologiques, les fondements sécurisants d’une société, détruire la famille et la filiation et surtout construire les psychés dès le plus jeune âge avec dorénavant la - Théorie du gender - qui est enseignée à l‘école et briser également la psyché des plus âgées ou de ceux qui sont manipulables à souhait.

 

"Je suis une mère médiocre et je revendique ce droit."

Élisabeth Badinter

 

Capt-copie-7.JPGDe cet aveu d’échec et de renoncement, et de cette souffrance d’avoir accepté d’être mère sans doute par convenance et manque de personnalité, tout le combat d’Élisabeth Badinter sera mené contre la maternité, l’allaitement et la mère parfaite qui, à ses yeux, sont un paradigme tyrannique imposé aux femmes.

 

Madame Badinter fait donc de son petit cas, et d’une minorité, une généralité. Mais elle omet de préciser que pour la majorité des femmes c’est un choix de vie qu’elles assument, qu’elles ont désiré et qu’elles aiment. De même qu‘elles ne se masturbent pas la tête en se créant une culpabilité, des peurs et des névroses à partir d’idées digressives sur la nature même de la femme et du rôle qu‘elle doit tenir. C’est important de le préciser. Comme il est important de dire que si une femme ne souhaite pas être mère ou allaiter, c'est son droit et son choix doit être respecté.

badinter.JPGCe préjugé, qui se voudrait être moderne et humaniste, est aussi une insulte faite aux femmes puisque selon ses accusations les femmes n’auraient nullement les moyens de disposer de leur vie, de la décider, ni même de posséder la conscience et le libre arbitre qui leur seraient nécessaires pour dire non. C'est un constat caricatural, purement simpliste et surtout indigne venant d'une soi-disant philosophe.

Elle lancera de ce fait également une charge violente et sans précédent contre la notion d’instinct maternel comme si cette attention intuitive envers ses enfants était malsaine. Elle dira avec mépris : « Vous avez remarqué, aujourd’hui on parle même de fibre maternelle ! ». Que cette dame n’ait jamais ressenti cet instinct ne l’autorise pas à le nier, à le mépriser, ni à le dégrader, ni même à s’en moquer.

Cette névrose, ou de cette obsession délirante, qu’elle ne peut s’empêcher de faire systématiquement en brisant l’image de la mère, qu’elle abhorre au plus haut point, démontre qu’elle est surtout la dernière personne que l’on devrait écouter sur des sujets aussi importants et graves puisque son point de vue n’est pas neutre, mais conditionné par son propre déni, son vécu et ses propres ressentiments comme celui de la haine de la femme-mère.  

3588637633_86482c2c23.jpg

Élisabeth Badinter s’érigera aussi en grande prêtresse lévite pour que l’allaitement soit considéré comme étant un joug supplémentaire imposé aux femmes tout en faisant simultanément de ce fait de la propagande pour les firmes industrielles pharmaceutiques qui fabriquent et vendent le lait synthétique en poudre.

Chacun sait pourtant que si une mère peut, et désire allaiter son enfant, il bénéficiera des meilleurs anticorps qui soient et qu'à son contact il se sentira en sécurité ; ce qui est un atout pour son développement. Toutefois ce contact charnel peut se faire sans allaiter.

 

Cet abandon progressif de l’allaitement dans les sociétés occidentales dites supérieures ou industrialisées permettra également de le remplacer par la vaccination obligatoire pour fabriquer les anticorps qui ne sont plus transmis par le lait maternel.

Marcel Rufo, un psychiatre frappadingue, mais très médiatique, donc mis en place pour être un référent, lui dit carrément que l’allaitement après sept mois est un abus sexuel ici. Encore un qui n'a pas réglé ses problèmes avec sa mère et le sexe opposé et qui s'érige en guru télévisuel.

7719677050_b9b6a383db.jpg

Alors que fait Élisabeth Badinter à la Commission des lois, là où elles sont discutées avant qu’elles ne soient votées puisqu’elle n'est ni experte en quoi que ce soit, ni une bonne mère et qu'elle ne possède aucune compétence pour y être entendue et que la Loi donne déjà les mêmes droits à tous les individus ?

Va-t-on continuer d’accepter qu’une caste et ses sbires aux phantasmes sociétaux dangereusement délirants et décadents soient les seuls à imposer publiquement et politiquement leurs points de vue sur tous les sujets importants ? Mais surtout qu'ils soient suivis dans leurs fantasmes et leurs diktats par nos godillots de parlementaires, et ce, sans jamais nous consulter ?

Nous pouvons penser que si elle s’était appelée Elisabeth Meunier et qu’elle ait été issue du fin fond de  la Bretagne bourrument chrétienne elle n’aurait pas été dans cet hémicycle.

Mais elle y sera invitée et entendue telle une experte car elle souhaite que la GPA (Gestion pour autrui) soit légalisée et généralisée pour tous.

photo 

Premièrement pour que les femmes hétéros qui ne veulent pas perdre de temps avec une grossesse, car leur planning est trop chargé, et pour celles qui ont peur de déformer leur corps ou peur de souffrir puissent trouver un utérus sur catalogue après que le sperme et les ovules de X et d'Y soient passés dans les mains manipulatrices des bons docteurs Frydman & Co. Deuxièmement pour que les homosexuels, hommes et femmes, qui souhaiteraient non pas adopter un petit orphelin qui rêverait de trouver un foyer chaleureux et aimant, (ces gamins servent en général aux réseaux criminels pédophiles et satanistes) trouvent légalement une femme, inconnue ou pas, qui prête son utérus pour concrétiser leur phantasme.

 

Selon E.Badinter cette GPA doit-être encadrée comme en Angleterre par des juges, des magistrats, des avocats et des psychologues. 

photo

Que propose-t-elle en fin de compte ? Et bien c’est clair, non pas une avancée sociétale majeure, mais bien une régression abyssale puisque cet acte totalement naturel de procréation se verrait devenir dans ce cadre un programme juridique totalement encadré et surveillé. Procréer par GPA deviendrait ainsi une gestation sous haute surveillance quand de l’autre côté des enfants génétiquement modifiés sont déjà nés après avoir été conçus en éprouvette. .

 

Chéri (e) ! Je VEUX un enfant ! Oui chéri (e) ! Alors tu veux le bocal de quelle couleur ? Les semences congelées ou vitrifiées ? Nous verrons pour les yeux, les cheveux, le sexe et les autres gènes après.

 

Ce n’est pas tout. Si son discours est pitoyablement égotique et le stéréotype de celui des féministes vindicatives, il est également malveillant puisqu’elle admet elle-même que, cette GPA ne permettra pas d’éviter toutes les dérives et les effets pervers. En décodé elle parle de ce monstrueux trafic mafieux de mères porteuses qui existe déjà et qui s'intensifiera de facto par le peu d'offres et les demandes accrues et exponentielles, comme pour celui des ovules et des organes. Régulièrement des israéliens et l'armée Tshal sont accusés et condamnés pour ces trafics ici ou encore  et  et avec ce lien wikipédia ici.

La pauvreté allant en s’accroissant des personnes qui n'ont aucun scrupule et de dits chirurgiens, qui n'en n'ont pas plus, en profitent pour se faire beaucoup d'argent sur son dos.

 

Pour conclure quelques questions essentielles dans ce débat séquestré et censuré : Mais que devient l'enfant et son droit dans tout cela, qui pense à lui ? Ils s'en foutent il est absent des débats car l'idéologie et surtout le fantasme détruisent son existence même, tout comme la biologie. Comment se construira-t-il en sachant qu'il est issu d'un bocal et que ses gènes ont été vitrifiés ou congelés puis manipulés ? Comment se situera-t-il du point de vue anthropologique et sociétal ? Sur quels valeurs construira-t-il sa psyché et sur quels référents projettera-t-il son avenir si ses deux parents ne sont pas ses parents biologiques avec deux mères ou deux pères et que ses vrais parents ne sont que des paillettes et des ovules numérotés, comment se situera-t-il dans l'espace et le temps sans hérédité ni atavisme ? Ils s'en foutent.

Alors nous attendons avec impatience que l'opposition se mette au travail et qu'elle dépose une demande de référendum dès maintenant pour que les Français décident ou non d'accepter cet eugénisme caché sous le sceau d'un progrès humaniste et humanitaire.

 

 

Nous sommes sociaux !

Articles récents