Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Le Mythe du Bouddhisme Tibétain

Publié par Diatala sur 18 Juillet 2011, 11:55am

Catégories : #Chine - Tibet- Inde-Corée

34.jpgMa passion pour le Tibet et pour la Chine et réelle avec ce profond sentiment d‘être chez moi quand j‘y suis. Quand j’ai regardé adolescente pour la première fois un livre de photos sur le Tibet, son Peuple, ses montagnes et ses hauts plateaux, j’ai été submergée d’émotions à en avoir les larmes aux yeux, alors que je n’avais jamais reçu aucun enseignement le concernant. Phénomène qui se reproduit toujours quand je regarde des documentaires montrant ces magnifiques lacs, plateaux et montagnes alors que maintenant je connais réellement ces paysages. Un peu plus tard, à 18 ans, j’ai lu mon premier livre sur Bouddha qui s’appelait, « Siddhârta », de Herman Hess.

OVER-9740.JPGLe bouddhisme devînt alors, non pas une religion à adopter et à embraser, car pour moi la foi est strictement personnelle dans la recherche de l'absolu, donc sans conseiller, non dogmatique. Et que croire ne signifie en rien savoir. Mais cette philosophie était un modèle de liberté tout en étant un soutien dans ma réflexion spirituelle et une confirmation que la recherche de la Juste voie se reflétant dans mon for intérieur et dans mes aspirations n‘étaient pas un parcours vain.

Siddhârtha qui est aussi désigné par le surnom de Sâkyamouni se dressait alors comme le symbole de celui qui incarne l’Idéal noble et élevé d’un homme Libre et Affranchi des vicissitudes, des phantasmes et des souffrances de la vie. Bouddha était surtout le contraire de Jésus, et non du Christ, en cherchant l'arrêt de la souffrance et l'éveil ici et non dans un ailleurs inconnu. Il voulait dissiper l'illusion du moi par la vacuité et non l'inverse. Jésus qui a été humilié, torturé et crucifié, pour soi disant nous sauver de nos péchés, illustre malheureusement la parfaite victime ( hostie = hostia victime ou hostio ennemi) qui offre sa vie devant une meute déchaînée et à des bourreaux sanguinaires. C’est le côté le plus vil et barbare, le plus sombre, cruel et violent de l‘homme qui se manifeste dans cette représentation et dans cette image de Jésus, celle d‘un homme à part certes, anarchiste en son temps, hérétique et coupable d'aspostatsie, mais un homme faible et haï qui préfère mourir par la main de ces dominants tout puissants qui l‘exécuteront pour insubordination, au lieu de fuir pour aider et secourir les autres et propager ailleurs son enseignement. Rien de nouveau depuis 2000 ans dans la Justice à sens unique des hommes.

Si l'Occident parle toujours de Bouddha, il est étrange que jamais personne n'évoque Tārā, sa parèdre ou son principe féminin qui est vénérée autant au que lui Tibet. Normal ! La misogynie occidentale a supprimé depuis 2000 ans le Principe supérieur et originel féminin.

BOUDDHA.jpgDans l’enseignement et la vie de Bouddha, l’hémoglobine, l’humiliation, la torture et l'obéissance et l'allégeance aux  puissants en sont absents. Quant aux souffrances physiques et morales chez lui, elles sont volontaires par l’ascèse, c’est un choix délibéré, elle ne sont pas infligées par des tiers et elles doivent faire comprendre que cette voie n‘est pas la bonne puisque la voie du milieu existe. Ce qui traduit un message exempt de la portée victimaire, mortifère, de la volonté d’autrui sur soi, de domination, de rédemption,  de culpabilité et d'expiation.

Je ne veux pas mélanger les Enseignements des Prophètes ou des Messies avec les Religions. Je ne vais donc pas amalgamer la recherche de la Lumière et la philosophie de Bouddha avec le Bouddhisme. Mais, comme pour l’ensemble des Occidentaux, je me suis laissée influencer et manipuler sur son Histoire récente et passée et sur celle du Tibet. Je n’avais pas cherché à vérifier l'histoire merveilleuse du bouddhisme tibétain, ni si les exactions et les crimes commis envers les Tibétains lors de la Révolution culturelle étaient des faits dont la véracité avait été démontrée sans l’ombre d’un doute. Comme je n’avais rien cherché pour affirmer ou infirmer l'exactitude de ce génocide, je condamnais vigoureusement le massacre par les Chinois de 1,2 millions de Tibétains, principalement des prêtres.

OVER-0077--2-.JPGMa crédulité à cette époque était nécessaire pour préserver naïvement une histoire idyllique afin de conserver intacte l’image du Bouddhisme, de Shangri-la, celle de la porte de l’Agartha et de Shamballa. Tout comme je l’avais fait, auparavant, concernant par exemple le récit de la dernière guerre et le génocide de six millions de juifs, je n’avais pas cherché à entendre d’autres sons de cloches. Bêtement, j’acceptais la version officielle de l’Histoire.

OVER-9530.JPGAlors avant d’entendre in-situ le son des cloches des monastères, celui des tambours et des trompes tibétains et le bruit incessant et mélodieux des rouleaux à prière, je me suis intéressée à cette région autonome de Chine en me documentant autrement et en faisant des recherches historiques pour cerner au mieux son histoire, sa culture et ses religions. Sa genèse et son histoire sur des siècles s’avérèrent être totalement différentes de celles édictées par l‘Occident et psalmodiées à l’aide de mantras sophistes. Le Mythe tibétain s’effondra d’un coup acéré, laissant place à une théocratie vénale, violente, criminelle, inique et de type féodal où la compassion cléricale n’était qu’un leurre, un vain mot pour duper le peuple et le reste du monde. Puis plus tard, cette haute spiritualité servira de prétexte à la CIA pour faire pleurer dans les chaumières afin de condamner et de déstabiliser la Chine.

31231_10150196147090195_675395194_12944129_2035168_n.jpgLa réalité est que la Sagesse, le Divin et la Compassion de Bouddha avaient été piétinés, falsifiés et parfois détruits par des théocrates avides de pouvoir et de richesses qui usaient et abusaient de la Loi karmique pour maintenir en servitude et avec violence leur propre peuple. En décodé : Tu dois être pauvre, totalement démuni, humble, tu dois servir ton Maître sans te rebeller et dans ta prochaine vie tu auras une récompense. Voilà la compassion du Clergé tibétain où de toutes les religions.

Bouddha.jpgSans doute la religion primitive, Bön, minoritaire à ce jour au Tibet depuis l‘implantation du bouddhisme au VIII siècle est-elle encore la plus pure puisqu’elle n’a pas de sang sur les mains et que la vie de Bouddha s’inspire beaucoup de celle de Tonpa Shenrab qui était un jeune prince marié avec des enfants et qui, à l’âge de 31 ans, se mit à renoncer au monde et à ses plaisirs pour partir vivre son ascétisme afin de méditer et enseigner. Les Bönpo qui furent pourchassés, persécutés et parfois exterminés par le clergé bouddhiste, au VIII siècle, seraient les vrais gardiens du Savoir Perdu qui, il y a des temps immémoriaux, aurait été préservé et enterré au Tibet.

31231_10150196147075195_675395194_12944127_3632019_n.jpgMais il serait réducteur et déplacé de juger uniquement le Tibet sur ces régimes tyranniques et théocratiques qui se sont octroyés par la force, l'injustice et la violence le pouvoir spirituel et temporel, car, la compassion, la dévotion, la piété et la générosité se retrouvent tous les jours dans le peuple Tibétain libéré aujourd’hui du joug seigneurial et clérical et, osons le dire, qui est sorti de l'âge de pierre avec les Chinois.

Certes, aujourd’hui les Lamas que nous avons rencontrés sont pour la plupart des gens pieux, vivant dans le dénuement et la pauvreté depuis que le régime communiste à fait abolir leurs privilèges agraires et fait redistribuer les terres. Mais leurs monastères érigés grâce à la sueur et au sang versés par les Serfs, sous le règne de ces gouvernements despotiques, témoignent de ce passé fastueux qui n’était en rien compassionnel et à des années-lumière de Bouddha.

En visitant ces nombreux temples et monastères il est donc impossible de ne pas être choqué par cette débauche de luxe, d’ors, de pierres précieuses et d’apparats qui ornent ces lieux, comme d’ailleurs dans les autres pays où le Culte bouddhiste est important. Il n’est pas rare de voir des Bouddha de dizaines de mètres de haut entièrement recouverts d’or et ornés de milliers de pierres précieuses avec à leurs pieds des montagnes de billets et d’offrandes déposés par les fidèles et les pèlerins qui sont le plus souvent des nomades et des tibétains démunis.

OVER 9805Le plus surprenant reste la foi que conserve ce peuple et cette ferveur qui l’habite et qui le motive dans sa vie quotidienne. De nombreuses fêtes lui donne l’occasion de se réunir et des pèlerinages ont lieu tous les jours contrairement au mensonge répandu en Occident qui martèle que les bouddhistes sont obligés de fuir leur pays pour pouvoir pratiquer leur religion.

OVER-9663.JPGC’est un mensonge éhonté car les temples et les monastères reçoivent chaque jour des centaines et des centaines de tibétains qui viennent prier en se prosternant et en effectuant des circonvolutions autour des lieux saints sans aucune entrave. Quant aux milliers de temples soi disant détruits par l’armée chinoise, il y en avait dit-on au départ 2000, à ce jour il en resterait au moins 1800, qui, pour les plus importants et les plus anciens ont été totalement épargnés, restaurés et leurs manuscrits protégés. Pour les autres idem. Le Patrimoine tibétain est conservé ; et la Chine qui est le pays qui comporte le plus d’ethnies, puisqu’elles sont au nombre de 56, accepte que chacune d’elle conserve ses traditions, sa culture, sa religion et sa langue vernaculaire même si le chinois est devenu la langue véhiculaire enseignée à l’école.

OVER-1346.JPGLa Chine est un pays extraordinaire que je vous conseille de visiter pour constater à quel point sa réputation est totalement infondée. Et comme la Chine est laïque, chacun peut pratiquer sa religion comme il l’entend et autant qu’il le souhaite, qu‘il soit chrétien, musulman, juif, hindou, animiste, chamane etc. Les lieux de Culte sont innombrables.

90px-Khotan-mezquita-d03Les seuls conflits religieux, comme régulièrement et dernièrement avec les Ouïghours du Xinjiang, ancien Turkestan oriental à majorité Sunnite, ont été instrumentalisés par les services secrets étrangers, via, sans doute l’Afghanistan ou le Pakistan car cette région recèle des trésors miniers avec les plus importantes réserves de pétrole, de gaz naturel, de charbon et d'uranium du pays et qui sont convoitées par les inlassables banksters psychopathes guerriers ou Grand homme Blanc. Et surtout un musulman ouïghour est un asiatique de type mongoloïde et n’a rien à voir avec ceux de type sémitique, comme un musulman, un chrétien ou un juif Han de Beijing est un jaune aux yeux bridés ou un pur asiatique.

Certains seront sans doute profondément déçus en lisant l’article qui suit et en voyant se briser le miroir magique du Bouddhisme de la Perfection et de la Compassion, son image idyllique, lui qui a fait rêver des millions de personnes en Occident. Voilà, l’Histoire officielle se fissure pour mettre à jour celle beaucoup moins glorieuse d’une religion qui a été comme toutes les autres un moyen d’enrichissement, d’asservissement et de contrôle exercé parfois sous la torture.

OVER-0082.JPGMais cette réalité n’empêche nullement de trouver au Tibet l’atmosphère unique et mystérieuse qui règne sur le Toit du Monde, de sentir naître en soi un profond sentiment de liberté et celui d’une paix intérieure intense, de s’imprégner jusqu’à l’ivresse de la pureté du ciel et de celle de l’air, d’y chercher les trésors de Shamballa, de s’imprégner de l’odeur âcre des lampes au beurre de yak qui brûlent humblement sans jamais s‘éteindre.

OVER-0690.JPGD’avoir l’honneur d’être reçu dans des familles de paysans tibétaines, certes pauvres, mais tellement chaleureuses et adorables, de pouvoir contempler à 5500 mètres d’altitude la grandeur majestueuse de la chaîne himalayenne et le sommet de ses montagnes qui flirte avec l‘empyrée, d’aller camper au pied de l‘Everest en séjournant auparavant dans une ville fantôme où le seul hôtel n’a à certaine période de l’année ni eau, ni électricité et une température de 8° degré dans les chambres.

OVER-0670.JPGOVER-0625.JPGEt peut-être, comme moi, vous aurez l’opportunité d’être invitée à dîner dans une ambiance et un décor moyenâgeux à la table d’officiels Chinois de passage dans la région en étant assis auprès d’un vieux poêle à bois sur lequel tous les repas sont préparés dans une pièce éclairée à la lumière d'une seule ampoule et par quelque lampes à beurre qui exhalent toujours cette odeur rance tout en écoutant la gérante des lieux chanter pour ses hôtes Chinois.

OVER-0772.JPGVous pourrez apprécier aussi la visite de ces magnifiques monastères perchés sur des parois rocheuses qui se tutoient à l‘infini. Comme vous pourrez avoir l’honneur de boire le thé au beurre de yak en compagnie de Nonnes au sourire et au rire enfantins, ou avec de Moines et des Guéchés drapés dans leurs robes trainantes de couleur ocre et rouge et surmontées d‘un manteau safran,

OVER 0006de converser avec de drôles ermites vivant dans des grottes à 4700 mètres d’altitude, d’admirer le somptuosité des lacs, celle des montagnes et des hauts plateaux ou de faire un pèlerinage au mont Kaïlash, l‘Axis mundi. Ce pays reste le Majestueux gardien des secrets et des mystères concernant la Cosmogonie, la Cosmologie et l’origine de l’Humanité.

Article sur l'histoire Tibétaine http://www.mleray.info/pages/Tibet_detruire_le_mythe-2431673.html

 

Nous sommes sociaux !

Articles récents