Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


La violence du Deutéronome : Destruction, massacres, racisme, vol, esclavage, femmes, butins, terres, empires

Publié par Diatala sur 15 Juillet 2012, 09:30am

Catégories : #Culte -Mythe - Religion- Réincarnation Esotérisme

photo

Le Deutéronome : Destruction, massacres, racisme, vol, esclavage, femmes, butins, terres, empires

Le livre ici « La contreverse de Sion » de Douglas Reed (1995 - 1976).

Douglas Reed était un journaliste Britannique de renommée mondiale et un grand érudit passionné d'Histoire. 

 

Ce livre est dérangeant à bien des égards pour la bien-pensance puisqu'il sort du politiquement sioniste si nous le lisons et le prenons uniquement comme une charge antijuive, ce qu'il n'est pas.

Toutefois, si une critique acerbe du Coran est véhiculée constamment par l’Establishment et des experts frelatés, tout en étant acceptée comme normale par une certaine opinion, il ne faut pas oublier que le Monothéisme, Islam compris, est issu des textes Lévites et Judéo-chrétiens. Les ignorants et les islamophobes devraient donc lire les textes des trois religions avant de s'offusquer, de critiquer ou de glorifier l'une d'elle sans en avoir la moindre petite connaissance. Après leur lecture chacun démasquera, ou non, la gigantesque arnaque et la crédulité des croyants et des intégristes de chaque religion.

Coran Sourate II/38 :

Ô enfants d'Israël ! souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés, soyez fidèles à mon Alliance et je serai fidèle à la vôtre. Révérez-moi et croyez au livre (le Coran) que j'ai envoyé pour corroborer VOS Ecritures. Ne soyez pas les premiers à lui refuser votre croyance, n'allez point acheter avec mes signes un objet de nulle valeur. Craignez-moi.

Coran Sourate II /44 et 116 :

Ô enfants d'Israël ! souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés, souvenez-vous que je vous ai élevés au-dessus de tous les humains

Coran Sourate II/ 77 :

Quand nous reçûmes "l'Alliance des enfants d'Israël", nous leur dîmes : N'adorerez qu'un seul Dieu, respectez vos pères et vos mères, aidez les orphelins et les pauvres

Coran Sourate II/81 :

Nous avons donné à Moïse le livre de la Loi et l'avons fait suivre par d'autres envoyés.

Nous avons accordé à Jésus, fils de Marie des signes manifestes de sa mission (ses miracles) et l'avons fortifié par l'esprit de sainteté.

Coran Sourate II/130 :

Dites :Nous croyons en Dieu et à ce qui a nous été envoyé d'en haut, ainsi qu'à Abraham, Isaac, Jacob, aux douze tribus.

 

Le premier groupe qui permit la fondation de l'Islam était issu de Médine et devait être de confession juive ou chrétienne, mais plus certainement de confession païenne vouant un culte aux Déesses, comme partout à cette époque.

Le Grand combat fut mené par le clergé patriarcal et les prêtres législateurs pour éradiquer l'origine féminine de l'humanité, donc les déesses qui incarnaient la Grande Déesse Mère.

Il est donc normal de remonter à la source de ce monothéisme, d’en connaître son contenu et d‘apporter à son histoire officielle toutes critiques utiles pour sortir de l‘obscurantisme général véhiculé depuis son origine. Sans oublier que les textes sacrés et la littérature ont toujours été falsifiés et remaniés avec des ajouts et des retraits constants pour s’adapter aux besoins religieux et politiques de l'époque ; et avec encore plus de facilité depuis l‘invention de l‘imprimerie puis ensuite avec celle des médias, écrivains, historiens et éditeurs corrompus et imposteurs.

 

Cependant nous pouvons nous interroger puisque Reed officialise et accrédite la réalité du peuple juif en parlant d’un complot judaïte remontant à Josias, roi de Juda, jusqu‘au sionisme actuel.  Mais il est vrai qu'à l'époque de son livre Douglas Reed ne pouvait pas pas connaître les dernières données scientifiques archéologiques qui réfutent l'existence même du peuple juif ( juif étant un néologisme introduit dans la Bible au 18e siècle seulement pour remplacer Judéen et Judaïte ) comme celles sur les erreurs chronologiques.

à gauche et au milieu le dieu taureau Apis( Wikipédia) et à droite la déesse vache Hathor (voire pourquoi pas Akhénaton au ventre de femme ou hermaphrodite ) photos Xikipédia et http://hieroglyphes.over-blog.com/

 

photos : http://theti.cheri.free.fr/Akhenaton.htm - http://www.africamaat.com/Akhenaton-le-sort-tragique-d-un

Les Hébreux à l'origine étaient sans conteste des païens. Nous savons aujourd'hui qu'ils n'ont jamais été mis en esclavage en Egypte, que leur exode est une fable,  qu'Abraham l'Araméen, nommé l'hébreu, veu dire pour certains l'étranger, ou l'émigré, quand d'autres historiens parlent d'une peuplade qui vivait à Eber, un village égyptien, et que l'Encyclopédie précise que Heber signifie - de l'autre côté (du fleuve) - ( Pour moi il s'agit de l'autre côté du cerveau).

Néanmoins, certains ont-ils été  poussés à pratiquer le monothéisme puisque l'histoire mythique du veau d'or, qui termine en fonte d'ailleurs, ( traduire par une mutagénèse du génome)  fait largement référence du retour à l'idolâtrie de certains hébreux envers les dieux païens. Ce passage est le premier grand judéocide commis par des juifs contre des juifs. 

Si le veau symbolise l'opulence, il est avant tout le nouveau-né qui tète sa mère, soit un mammifère. Wikipédia donne (comme très et trop souvent) une version erronée de l'Exode en parlant du dieu Apis qui n'est absolument pas cité dans ce passage biblique. Mais un veau a avant tout une mère, symbolisée par la Déesse vache Hathor( qui n'est qu'Isis, Astarté ou Vénus après mutation génomique). Sa plus ancienne représentation à ce jour remonte au XXXII siècle avant notre ère, à l'époque du roi Narmer. 

 

Douglas Reed dira également que : « les Israélites n'étaient pas des juifs » ; les Judaïtes étaient «en toute probabilité non-israélites ». Le nom d'Israël, qui est de structure purement sémitique, peut être interprété de plusieurs manières étant composé soit du nom des dieux égyptiens : Is (Isis) Ra ( Râ, le disque solaire) et El (Dieu) ou en le lisant de droite à gauche - El Ra-Is- soit El Raïs, Le Chef. Mais les vrais Israélites sont depuis longtemps connus comme étant des Ethiopiens noirs ou plutôt rouges. Ethiopie signifie « au visage brûlé». Toute la puissance de ce pays, que la Bible appelle Kouch, Pount en  Egypte, comprenant à l'époque la Somalie, le Yémen, l'Erythrée, le Soudan et le Sud de l'Egypte, avant l'apparition même de la Nubie, d'où émergèrent les premiers pharaons noirs ou rouges,  est assurément plus important pour notre connaissance que la Mésopotamie.

Reed s’étonnera également que l’Église adopte des écrits pharisiens antichrétiens provenant du Sanhédrin. Il évoquera aussi le prophète Jérémie qui dénonçait les Lévites et les Pharisiens comme étant des adorateurs du dieu Moloch.   

 

Reed dans ce livre posera donc des questions et s’interrogera également sur la pertinence du sionisme et de son utilité pour les juifs, comme il fera une critique, non seulement du Deutéronome (Ancien Testament judéo-chrétien) et du Talmud, mais aussi de l’Église. Il fera encore bien d’autres constats et révélations tenues secrètes jusque là, comme le fait qu'une grande majorité des dirigeants de Lénine étaient juifs.

 

 


  Extraits : la violence du Deutéronome

 

Le Deutéronome est avant tout un programme politique complet : l'histoire de la planète, créée par Jéhovah pour ce «  peuple spécial », doit se terminer par le triomphe de ce peuple et la ruine de tous les autres.  

Ce concept de destruction en tant qu'article de foi est unique, et son apparition en pensée politique (par exemple, dans la philosophie communiste) pourrait à l'origine provenir de l'enseignement du Deutéronome, car il n'y a pas d'autre source vérifiable.

 

Le Deutéronome

Cette forme unique de nationalisme fut présentée pour la première fois aux Judaïtes dans le Deutéronome, en tant que «Loi» de Jéhovah et parole littérale, adressée par ce dernier à Moïse. La notion de domination mondiale par la destruction est introduite au début (chapitre 2) de ces «discours censés avoir été délivrés» par un Moïse agonisant:

« Sept nations plus grandes et plus puissantes que toi» doivent être livrées aux mains des Judaïtes, et: «Tu les détruiras entièrement; tu ne feras aucune alliance avec elles, et tu ne leur montreras aucune pitié… tu détruiras leurs autels… car tu es un peuple saint pour l'Éternel ton Dieu ; l'Éternel ton Dieu t'a choisi pour que tu sois un peuple spécial à ses yeux, entre tous les peuples qui sont sur la surface de la terre… Tu seras béni entre tous les peuples… Et tu consumeras tous les peuples que l'Éternel ton Dieu te livrera; tes yeux seront sans pitié envers eux… l'Éternel ton Dieu enverra les frelons contre eux, jusqu'à ce que ceux qui restent et qui se cachent de toi, soient détruits… Et l'Éternel ton Dieu expulsera ces nations devant toi petit à petit… Mais l'Éternel ton Dieu te les livrera, et les détruira par une destruction puissante jusqu'à ce qu'il soient détruits… Et il livrera leurs rois entre tes mains, et tu détruiras leur nom de dessous les cieux ; aucun homme ne sera capable de se tenir devant toi, jusqu'à ce que tu l'aies détruit »

Va prendre possession des nations plus grandes et plus puissantes que toi… l'Éternel ton Dieu ira lui-même devant toi ; tel un feu dévorant il les détruira, et il les terrassera devant to i; alors tu les chasseras, et les détruiras promptement, comme l'Éternel te l'a dit… Car si tu observes avec zèle tous ces commandements que je t'ordonne… alors l'Éternel chassera devant toi toutes ces nations, et tu posséderas des nations plus grandes et plus puissantes que toi-même… même les côtes de la mer occidentale seront tiennes. Aucun homme ne sera capable de se tenir devant toi: car l'Éternel ton Dieu répandra la crainte et la terreur de toi sur toute terre que tu fouleras… »

« Voici les lois et jugements, que tu observeras et pratiqueras… Tu détruiras entièrement tous les lieux dans lesquels les nations que tu posséderas ont servi leurs dieux… Quand l'Éternel ton Dieu aura exterminé les nations devant toi, où tu iras pour les posséder, que tu prendras leur place, et t'installeras sur leur terre : prends garde à ne pas tomber dans le piège en les suivant… et ne t'enquiers pas de leurs dieux »

La Loi ordonne aussi que des communautés entières soient massacrées sous l'accusation d'apostasie : «Tu châtieras avec assurance les habitants de cette ville avec le tranchant de l'épée, la détruisant totalement, et tout ce qui s'y trouve ».

« Mais à propos des villes de ces gens que l'Éternel ton Dieu te donne en héritage, tu ne laisseras en vie rien qui respire; Mais tu les détruiras entièrement… comme l'Éternel ton Dieu te l'a ordonné ».

(Ce verset 16 du chapitre 20,  La Seconde Loi continue : « Tu es un peuple saint pour l'Éternel ton Dieu, et l'Éternel t'a choisi pour être un peuple cher à ses yeux, entre toutes les nations qui sont sur la terre». D'autres « lois et jugements» stipulent ensuite que «tout ce qui meurt de lui-même », étant impur, ne peut être mangé, mais « tu le donneras à l'étranger… ou tu pourras le lui vendre ; car tu es un peuple saint pour l'Éternel ton Dieu ».

l'Éternel ton Dieu t'élèvera au dessus de toutes les nations de la terre… l'Éternel fera de toi un peuple saint pour lui… Et tous les peuples de la terre verront que tu es appelé du nom du Seigneur; et ils te craindront… tu prêteras à de nombreuses nations, et tu n'emprunteras pas. Et l'Éternel fera de toi la tête, et pas la queue; et tu seras uniquement au dessus, et pas en dessous…»

L'écrivain juif actuel, M. Maurice Samuel qui, 2500 ans plus tard, écrivit : «… nous les juifs, les destructeurs, resteront les destructeurs à jamais… rien de ce que les gentils feront ne répondra à nos besoins et nos exigences »

 

Saul

On lui ordonna de commencer la guerre sainte en attaquant les Amalécites « et de détruire complètement tous leurs biens, et de ne pas les épargner ; mais de massacrer homme et femme, enfant et nourrisson, bœuf et mouton, chameau et âne». Il détruisit «homme et femme, enfant et nourrisson» mais épargna le roi Agag et les meilleurs des moutons, bœufs, jeunes chevaux et agneaux.

Du temps de Michée, les Lévites exigeaient apparemment toujours le sacrifice de tous les premiers-nés à Jéhovah : « Avec quoi me présenterai-je devant l'Éternel, et me prosternerai-je devant le Dieu très haut? Me présenterai-je devant lui avec des holocaustes, avec des veaux d'un an ? L'Éternel agréera-t-il de milliers de béliers ou de dix mille fleuves d'huile ? Donnerai-je pour mes transgressions mon premier-né, pour le péché de mon âme le fruit de mes entrailles? On t'a fait connaître, Ô homme, ce qui est bien et ce que l'Éternel demande de toi: seulement que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu ».

 

Les récompenses offertes aux fidèles sont exclusivement matérielles : massacres, esclaves, femmes, butins, terres, empires. La seule condition imposée pour ces récompenses est l'observance des « lois et jugements » « lois et jugements » qui commandent essentiellement la destruction des autres. La seule culpabilité définie réside dans la non-observance de ces lois. L'intolérance est spécifiée en tant qu'observance, la tolérance en tant que non-observance - par conséquent, culpabilité. Les châtiments prescrits sont de ce monde et matériels, non spirituels. La conduite morale, pour peu qu'elle soit exigée, est requise uniquement envers les coreligionnaires, et les « étrangers » en sont exclus.

 

Nous sommes sociaux !

Articles récents