Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Kadhafi a osé prendre l’initiative de refuser le Dollar et l’Euro. Les Libyens, Un Peuple Qui Etait Heureux

Publié par Diatala sur 8 Septembre 2011, 12:00pm

Catégories : #Dossier Libye et Médiamensonges

«2893513-4095594.jpg  Ellen Brown est juriste et présidente du Public Banking Institute, http://PublicBankingInstitute.org. Dans son dernier livre “ In Web of Deb”,( elle en a publié 11)elle montre comment un cartel privé a usurpé le pouvoir du people à battre monnaie et comment le peuple peut récupérer ce pouvoir


…Kadhafi a osé prendre l’initiative de refuser le Dollar et l’Euro et a appelé les nations arabes et africaines à utiliser une nouvelle monnaie à la place, le Dinar Or. Kadhafi a suggéré d’établir un continent africain unifié dont les 200 millions d’habitants utiliseraient une seule monnaie… Cette initiative a été mal vue par les US et l’UE, le président français, Nicolas Sarkozy, a dit de la Libye qu’elle était une menace pour la sécurité financière de l’humanité... » Plusieurs journalistes ont remarqué que fait étrange les rebelles libyens ont pris le temps pendant leur rébellion en Mars de créer leur propre banque centrale - ceci avant même d’avoir un gouvernement. Robert Wenzel a écrit dans l’Economic Policy Journal

« Je n’ai jamais entendu parler auparavant d’une banque centrale créée juste après quelques semaines d’un soulèvement populaire. Ceci veut dire que nous avons à faire à autre chose qu’un groupe de rebelles déguenillés courant partout et qu’il y a derrière des influences plutôt subtiles ».

Dans le New Américan Alex Newman a écrit :

« Dans une déclaration faite la semaine dernière les rebelles ont fait part des résultats d’une rencontre ayant eu lieu le 19 Mars. Les révolutionnaires soit disant déguenillés ont annoncé entre autres choses la « désignation de la Banque Centrale de Benghazi comme autorité compétente en matière de politique monétaire en Libye et ont nommé un gouverneur à la Banque Centrale de Libye avec un Q G temporaire à Benghazi. »

Newman a cité l’éditeur en chef de CNBC, John Carney, qui a demandé « est ce la première fois qu’un groupe révolutionnaire a crée une banque centrale alors même qu’il est en plein milieu de combats avec un pouvoir central retranché ? Cela semble vraiment indiquer à quel point les banques centrales sont devenues puissantes à notre époque «.

Autre anomalie donnant lieu à une justification officielle pour prendre les armes en Libye. C’est supposé être justifié par des violations des droits de l’homme, mais les preuves disent le contraire.

Selon un article sur le site de Fox News du 28 Février :

« Alors même que l’Onu œuvre fiévreusement pour condamner le chef libyen Muammar Khadafi pour réprimer les manifestants, le conseil des Droits de l’Homme de l’ONU est sur le point d’adopter un rapport stupéfiant plein d’éloge pour le compte rendu sur le respect des droits de l’Homme en Libye.

Le compte rendu loue la Libye pour avoir amélioré les chances en matière d’éducation, pour avoir fait des droits de l’homme sa «priorité » et pour avoir amélioré son cadre « constitutionnel ».

Plusieurs pays dont l’Iran , le Venezuela, la Corée du Nord, l’Arabie Saoudite mais aussi le Canada ont distribué des bon points à la Libye pour avoir accordé des protections légales à ces citoyens - qui se révoltent actuellement contre le régime et sont confrontés à ne répression sanglante. »


Quoiqu’on dise des crimes personnels de Kadhaf le peuple libyen semble prospérer. Une délégation de professionnels du secteur médical de Russie d’Ukraine et de Biélorussie ont écrit une lettre d’appel au président russe Dimitri Medvedev et au premier ministre Vladimir Poutine après s’être familiarisé avec la vie en Libye et de leur point de vue dans peu de nations les gens vivent dans un tel confort.

« Les Libyens bénéficient de soins gratuits et leurs hôpitaux ont les meilleurs équipements dans le monde. L’éducation en Libye est gratuite les gens capables ont la possibilité d’étudier à l’étranger au frais du gouvernement. Quand ils se marient les jeunes couples reçoivent 60 .000 dinars libyens (environ 50 000 $ US) comme aide financière en prêt d’état sans intérêt et comme le montre la pratique sans date limite. Grâce aux subventions d’état le prix des voitures est bien moins cher qu’en Europe et chaque famille peut se permettre d’en avoir une. L’essence et le pain coûte presque rien il n’y a pas de taxe pour les agriculteurs. Le peuple libyen est calme et pacifique n’est pas porté à boire et est très religieux ».

Ils affirment que la communauté internationale a été mal informée sur la lutte contre le régime. « Dites- nous » disent-ils « qui n’aimerait pas un tel régime ? »

Même si c’est juste de la propagande on ne peut nier au moins une réalisation du gouvernement libyen. Il a apporté l’eau du désert en construisant le projet d’irrigation le plus cher et le plus important dans l’histoire, le GMMR ( Great Man-Made River) un projet de 33 milliards de $ US. Encore plus que le pétrole l’eau est vitale pour la Libye.

Le GMMR fournit 70% de la population en eau potable et pour l’irrigation la pompant de la nappe aquifère souterraine du Désert de Nubie au Sud et la transportant à 4000 Km au Nord aux zones côtières densément peuplées. Le gouvernement libyen a fait au moins une bonne chose.

Une autre explication à propos de la Libye c’est que c’est «entièrement une question de pétrole ». Mais cette théorie est aussi problématique. Comme l’a fait remarquer le National Journal le pays produit seulement 2% du pétrole mondial. L’Arabie Saoudite à elle seule a suffisamment de capacité en réserve pour palier à l’absence de pétrole libyen si celui-ci venait à disparaître du marché. Et si tout est une question de pétrole alors pourquoi se précipiter pour créer une banque centrale ?

Autre données provocantes circulant sur le Net c’est une interview du Gl (ret) US Wesley Clark sur Démocracy Now. Dans celle-ci il dit qu’environ 10 jours après le 11 Septembre 2001 un général lui a dit que la décision avait été prise de faire la guerre à l’Irak. Clark a été surpris et a demandé pourquoi. « Je ne sais pas » lui a-ton répondu. « Je suppose qu’ils ne savent pas quoi faire d’autre » . Plus tard le même général a dit qu’ils projetaient de s’en prendre à 7 pays en 5 ans : l’Irak, la Syrie, le Liban, la Lybie, la Somalie, le Soudan et l’Iran.

Qu’ont ces 7 pays en commun ? Dans le domaine bancaire l’élément commun c’est qu’aucun d’eux n’est sur la liste des 56 membres bancaires de la BIS( Bank of International Settlements). Cela les place évidemment hors de portée du long bras régulateur des banques centrales de la banque centrale de Suisse.

Les plus renégats d’entre eux seraient la Libye et l’Irak les deux qui ont en fait été attaqués. Kenneth Schortgen, Jr, qui écrit dans le Examiner.com a noté que : « 6 mois avant que les US n’entrent en Irak pour déloger Saddam Hussein ce pays producteur de pétrole avait accepté des Euros à la place de Dollars en paiement du pétrole et cela est devenu une menace à la domination mondiale du Dollar comme monnaie étalon et son empire du pétro dollar. »

Selon un article russe intitulé « Bombing in Libye - Punishment for Kadhafi for His Attempt to Refuse US Dollar » Bombardement en Libye - Punition pour Kadhafi pour avoir essayé de refuser le dollar US - Kadhafi a osé prendre l’initiative de refuser le Dollar et l’Euro et a appelé les nations arabes et africaines à utiliser une nouvel monnaie à la place le Dinar Or. Kadhafi a suggéré d’établir un continent africain unifié dont les 200 millions d’habitants utiliseraient une seule monnaie.

L’année dernière l’idée a été approuvée par de nombreux pays arabes et la plupart des pays africains. Seuls opposants la République d’Afrique du Sud et le chef de la ligue arabe. Cette initiative a été mal vue par les US et l’UE le président français Nicolas Sarkozy a dit de la Libye qu’elle était une menace pour la sécurité financière de l’humanité ; Mais Kadhafi est passé outre et a continué à aller de l’avant dans la création d’une Afrique unie.

Et cela nous ramène au puzzle de la banque centrale libyenne. Dans un article posté sur le Market Oracle , Eric Encina remarque que :

« Un fait pratiquement pas mentionné par les politiques occidentaux et les experts des médias c’est que la Banque Centrale de Libye appartient 100% à l’état … Actuellement, le gouvernement libyen crée sa propre monnaie, le Dinar libyen, via les établissements de sa propre banque centrale. On peut difficilement argumenter que la Libye n’est pas un état souverain avec ses propres ressources importantes, capable de gérer économiquement son avenir. L’un des problèmes majeurs pour les cartels bancaires mondialistes c’est que pour faire des affaires avec la Libye ils doivent passer par la Banque Centrale de Libye et sa monnaie nationale un endroit ou ils n’ont absolument aucun pouvoir ou capacité de prendre le pouvoir. Donc, détruire la Banque Centrale de Libye n’apparaît probablement pas dans les discours d’Obama Cameron et Sarkozy mais c’est certainement au sommet de l’agenda mondialiste d’absorber la Libye dans son giron de nations dociles. »

La Libye n’a pas seulement du pétrole. Selon le Fond Monétaire International (FMI) sa Banque Centrale a environ 144 tonnes d’or dans ses coffres. Avec une telle richesse qui a besoin de la BIS ou du FMI et de leurs règles ?

Tout ceci pousse à regarder de plus près les règles de la BIS et leurs effets sur les économies locales. Un article sur le site de la BIS déclare que les banques centrales du Réseau de gouvernance de la Banque Centrale sont supposées avoir comme « unique ou principal objectif de base » de « préserver la stabilité des prix ».

Elles doivent rester indépendantes des gouvernements pour être sûr que des considérations politiques n’interfèrent pas avec cet objectif. « Stabilité des Prix » cela veut dire maintenir une réserve monétaire stable même si cela implique de faire porter le poids de la lourde dette étrangère aux peuples. On décourage les banques centrales d’augmenter leur réserve monétaire en faisant fonctionner la planche à billets et en les utilisant au bénéfice de l’état soit directement soit sous forme de prêts.

Dans un article de 2002 paru sur Asia Times Online intitulé

« the BIS vs national banks »

Henri Liu affirmait :

“Les règles de la BIS servent un seul but celui de renforcer le système bancaire privé international en mettant même en danger l’économie des nations. La BIS fait aux systèmes bancaires nationaux ce que le FMI a fait aux systèmes monétaires nationaux. Les économies nationales ne servent plus les intérêts nationaux à cause de la mondialisation financière.

« … Le FDI ( Foreign Direct Investment - Investissement Direct Etranger) chiffré en monnaies étrangères principalement le Dollar a condamné de nombreuses économies nationales à développer leurs exportations de façon déséquilibrée ceci principalement pour verser des intérêts en Dollars au FDI avec très peu de bénéfice pour les économies domestiques. »


Il a ajouté :

« En appliquant la Théorie de la Monnaie d’Etat tout gouvernement peut financer avec sa propre monnaie tous ses besoins de développement domestiques pour maintenir le plein emploi sans inflation. » La « Théorie de la Monnaie D’Etat » fait référence à la monnaie créée par les gouvernements plutôt que par les banques privées.

Le fait d’être contre l’emprunt auprès de la banque centrale du gouvernement c’est qu’il est soit disant facteur d’inflation alors que d’emprunter auprès des banques privées ou du FMI ne le serait pas. Mais en fait toutes les banques créent l’argent qu’elles prêtent dans leurs documents comptables qu’elles soient publiques ou privées. La plupart de l’argent crée provient des prêts bancaires. L’emprunter de la banque centrale du gouvernement cela a l’avantage que c’est sans intérêt. Il a été prouvé qu’éliminer les intérêts d’emprunt réduisait le coût des projets publics de 50%.

Et il semble que c’est de cette façon que fonctionne le système libyen. Selon Wikipedia parmi les fonctions de la Banque Centrale de Libye il ya celle d’« imprimer frapper et réguler les billets et pièces de monnaies en Libye » et de « gérer et accorder tous les prêts ». La Banque de Libye appartenant à l’état peut tout à fait produire la monnaie nationale et faire des prêts ayant des objectifs étatiques.

Ceci explique d’où la Libye tire l’argent pour fournir une éducation et une couverture santé gratuites et pour verser à chaque jeune couple 50 000$ d’emprunts d’état sans intérêt. Ceci explique aussi d’où le pays a puisé les 33 milliards de $ pour construire le GMMR. Les Libyens craignent que les attaques aériennes de l’OTAN ne s’approchent dangereusement prés de c e pipeline, menace d’une autre catastrophe humanitaire.

Alors cette nouvelle guerre est-elle pour le pétrole ou pour le système bancaire ?

Peut être les deux - et pour l’eau aussi. Avec des ressources énergétiques, de l’eau et un important crédit pour développer les infrastructures pour y accéder une nation peut être libre de la main mise des prêteurs étrangers. Et cela est peut être la véritable menace que représente la Libye : cela pourrait montrer au monde ce qu’il est possible de faire.

La plupart des pays n’ont pas de pétrole mais des nouvelles technologies sont en cours de développement qui pourraient rendre les nations non productrices de pétrole indépendantes énergiquement particulièrement si les coûts des infrastructures étaient couverts par des emprunts auprès d’une banque publique.

L’indépendance énergétique libérerait les gouvernements des réseaux bancaires internationaux et du besoin d’orienter leur production vers l’exportation sur les marchés internationaux pour couvrir les emprunts et au lieu de cela ils pourraient satisfaire les besoins du marché national.

Si le gouvernement de Kadhafi tombe ce sera intéressant d’observer si la nouvelle banque centrale rejoint la BIS si l’industrie pétrolière nationalisée est vendue aux investisseurs étrangers et si l’éducation et l’accès aux soins continuent d’être gratuits.

Ellen Brown 14/04/2011 - (Copyright Ellen Brown 2011)
http://www.planetenonviolence.org/Libye-Histoire-De-Petrole-Ou-De-Banque-Centrale_a2411.html?print=1
Article en anglais

Ses sites internet http://webofdebt.com et http://ellenbrown.com.









Nous sommes sociaux !

Articles récents