Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


États-Unis : L’offensive Anti-gays est lancée

Publié par Diatala sur 21 Mars 2014, 14:11pm

Catégories : #Gender- Mariage homo- GPA- PMA

8282650838_4254daf5d8.jpg

États-Unis : L’offensive Anti-gays est lancée

 

L’Arizona a voté une loi qui inquiète les défenseurs des droits des homosexuels. Par Anne-Julie Contenay

LA LOI. En Arizona, les cafés seront-ils bientôt interdits aux homosexuels ? C’est ce que certains redoutent dans cet État de l’ouest des États-Unis, après le vote cette semaine d’une loi qui autorise les commerçants à invoquer la liberté religieuse pour refuser de servir des clients homosexuels. Et ce texte, très controversé, ne serait que la partie émergée de l’iceberg : des initiatives similaires sont en préparation dans plusieurs autres États américains pour tenter de contrer l’avancée du mariage gay.


"No cake for gays". Le principe : les personnes individuelles et les commerçants peuvent faire prévaloir leurs croyances religieuses en cas de procès pour discrimination. Les homosexuels ne sont pas désignés explicitement par le texte. Mais la loi a déjà son surnom : "no cake for gays" ("pas de gâteau pour les gays"), indique Le Monde. En clair, une fois la loi promulguée, un pâtissier pourra par exemple refuser de confectionner un gâteau pour le mariage d’un couple de même sexe. A l’origine du texte, une affaire survenue dans l’État voisin du Nouveau-Mexique qui a poussé les législateurs de l’Arizona à réagir. En 2012, une photographe, qui avait refusé de travailler pour le mariage de deux lesbiennes, avait avancé l’argument religieux lors de son procès pour discrimination. L’année suivante, elle avait été condamnée par la Cour suprême de l’État.

"Il est temps que l’on s’offusque". Plusieurs parlementaires et associations de défense des droits des homosexuels sont vent debout contre la mesure, votée cette semaine par le Sénat et la Chambre de l’Arizona, et qui doit encore être signée par la gouverneure républicaine. Chad Campbell, chef de la minorité démocrate à la Chambre de l’Arizona, a appelé à réagir sur Twitter. "Le monde s’est offusqué de la manière dont la Russie traite les droits des homosexuels. Je pense qu’il est temps que l’on s’offusque de ce qui se passe en Arizona", écrit-il.

The world is upset with how Russia has treated gay rights...I think it's time for that same anger to be directed towards AZ.
— Chad Campbell (@repcampbell) February 21, 2014

D’autres textes dans plusieurs États. Mais pas seulement en Arizona, car la loi votée à Phoenix est loin d’être un cas isolé. D’après le magazine d'investigation Mother Jones, des textes similaires sont en préparation dans plusieurs États du pays, dans l’Idaho, l’Oregon, le Dakota du Sud, le Tennessee, l’Ohio et même Hawaï. Au Kansas, une proposition de loi républicaine prévoit notamment qu’un employeur pourra refuser d’embaucher une personne si cela va à l’encontre des "croyances religieuses sincères de l’individu ou de l’entité religieuse concernant le sexe ou le genre". D’après MSNBC, le texte, dont les modalités d’application demeurent assez floues, cite aussi les "services sociaux" et l’"adoption". Adoptée à la Chambre, elle est pour l’heure bloquée au Sénat.

Le poids des groupes chrétiens. Derrière ces textes, déposés par des élus républicains farouchement opposés au mariage pour les personnes de même sexe, on retrouve tout un réseau de groupes chrétiens conservateurs, explique Mother Jones. Parmi eux, l’American Religious Freedom Program (ARFP, Programme pour la liberté religieuse américaine), qui a participé à la rédaction du projet de loi au Kansas. Leur argument : faire en sorte de "trouver un équilibre" entre "la protection des libertés religieuses" et "les autres libertés civiles".

Comme au temps de la ségrégation. Comment de telles lois, impensables en France, peuvent-elles exister aux États-Unis ? Tout simplement parce que, contrairement à la France, le pays n’a jamais adopté de législation au niveau fédéral interdisant les discriminations contre les homosexuels. Les associations, horrifiées, n’hésitent d’ailleurs pas à faire le parallèle avec les "lois Jim Crow", qui imposaient la ségrégation entre Noirs et Blancs dans les États du Sud jusque dans les années 1960.

If you can't see the similarities in this: "No Gays Allowed. No Colored Allowed." You may be an Arizona Legislature. pic.twitter.com/atHBZszZho
— MissR*EVOLutionaries (@MissREVO) February 24, 2014

"Si vous ne voyez pas la différence entre ceci : 'les personnes gays ne sont pas admises" et ceci : 'les personnes de couleur ne sont pas admises', c'est que vous devez être un législateur de l'Arizona".

Le Super Bowl dans la balance. Les ONG ne sont pas les seules à monter au créneau. Des entreprises comme Apple ou American Airlines ont appelé la gouverneure de l’Arizona à ne pas signer le texte des républicains. Car les effets de la législation commencent déjà à se faire sentir : des touristes ont annulé des réservations prise dans l’État et des entreprises ont menacé de déménager. Même la toute puissante National Football League s’en est mêlée, assurant qu’elle était opposée aux discriminations "basées sur l’âge, le genre, la race, la religion et l’orientation sexuelle". Et de glisser au passage que cette loi risquerait d’entraver la bonne tenue de la grand-messe sportive du Super Bowl, la finale du championnat de football américain, qui doit justement se tenir à Phoenix en 2015.
© Europe 1

Nous sommes sociaux !

Articles récents