Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Egypte : Sa croissance était 5,1% sous Moubarak, FMI et Standard and Poor’s la dynamitent

Publié par Diatala sur 27 Novembre 2011, 11:45am

Catégories : #Dossier-Egypte-Tunisie-Irak

 

source : LIESI

Printemps arabe / FMI… un couple explosif 

Tandis que l’ombre du FMI plane sur les pays européens, et que ses conseillers sont déjà à l’œuvre avec les technocrates de Bruxelles en Grèce, que se passe t-il maintenant en EGYPTE? Ce pays où  la population s’est débarrassée de son « tyran », offrant sa chair et son sang aux patrons des organisations supranationales, aux doctrinaires des droits de l’homme, manifestant au péril de leur vie sous la baguette des marionnettistes de la Haute finance, ces groupes qui ont financé si généreusement les stages des blogeurs de la blogosphère, devenus des spécialistes du printemps arabe.

 

 Les Egyptiens voulaient la « liberté » et ils vont voter! Génial… Ils vont se déplacer pour élire leurs représentants au Parlement, espérant par la suite participer à des élections présidentielles et élire une homme vertueux, soucieux du bien commun… Etc.

Les Egyptiens recouvrent la liberté, croyaient-ils. Résultat : le PIB devrait péniblement atteindre les 1% en 2011, très loin des niveaux atteints par ce pays en développement avant la chute d’Hosni Moubarak. La croissance avait été de 5,1% l’an dernier, selon les données du gouvernement.

 

Les grands donneurs de leçons que sont l’Occident et les Etats-Unis, ont contribué à une situation qui justifie aujourd’hui une dégradation de la note égyptienne. L’agence de notation Standard and Poor’s vient de  dégrader la note égyptienne de BB- à B+, assortie d’une perspective négative. C’est la seconde fois en un mois que l’agence dégrade l’Egypte. Si bien que maintenant, près de 40 millions d’Egyptiens – soit 51% de la population – vivent actuellement sous le seuil de pauvreté avec moins de 2 dollars par jour.

Hier, les touristes affluaient en Egypte, mais le vent de la liberté a fait qu’aujourd’hui, le tourisme s’est effondré. C’est pourtant l’un des secteurs vitaux de l’Egypte. En France, la clientèle « pour l’Egypte » a fondu de 72%. 

Printemps arabe rime donc avec FMI

La modique somme de 200 millions de dollars, première tranche d’un prêt total de 470 millions de dollars, doit être débloquée. On attend un peu plus de morts afin de confirmer que le scénario du printemps arabe se poursuive bien. Les marchés, dont certains acteurs ont financé les mouvements du changement révolutionnaire, jouent le jeu à fond : les taux d’intérêt sur la dette du pays s’envolent à presque 15% à six mois et presque 7% à dix ans. Tout cela est en effet très logique. C’est la loi du marché, expliqueront les philosophes des Lumières du XXIème siècle et économistes de la mondialisation… Nous savons tous que cela va mener à un chaos ! Et nous savons également que cela est voulu, orchestré.

Tunisie, Egypte, Libye, Syrie… etc., il faut ajouter de nombreux pays d’Afrique dont les populations souffrent cruellement de la rapacité de ces prédateurs qui ne voient que chiffres et quête de pouvoir absolu.

Nous sommes sociaux !

Articles récents