Vincent Benard
Contrepoints via Sott.net
Un nouveau coup de tonnerre s'abat sur la science climatique officielle. Un groupe de hackers a livré plus de 5000 e-mails qui semblent confirmer que certains scientifiques sont en mission politique et non dans une démarche de recherche de la vérité.

Le Climate Gate, fin 2009, a révélé aux observateurs les pratiques douteuses d'une petite coterie de « scientifiques d'opinion » en position d'influencer grandement la science « officielle » du réchauffement climatique diffusée par le GIEC, visiblement prêts à falsifier des données climatiques, et à user de méthodes d'intimidation contre les scientifiques « dissidents » qui pourraient leur nuire, tout cela pour faire croire aux décideurs à l'existence d'un réchauffement inhabituel de la planète dû à notre consommation d'énergies fossiles, et, naturellement, potentiellement dévastateur. Je vous renvoie à mon copieux dossier de 2009 pour les détails, si cette affaire est nouvelle pour vous.

Bien que des investigations très mollement conduites contre la « Climategate Team » aient blanchi leurs protagonistes, au grand bonheur des réchauffistes et au dégoût des autres, certains de ces scientifiques sont encore sous le coup d'investigations, et notamment le tristement célèbre Michael « Hockey Stick - hide the decline » Mann, qui livre une bataille judiciaire pied à pied contre un procureur américain, K. Cucinelli, qui veut avoir accès aux données sources de M. Mann pour savoir si celui ci, en « modifiant » certains résultats de recherche financés sur fonds publics, aurait pu de ce fait commettre une fraude. Naturellement, les réchauffistes crient à la persécution.

C'est donc un nouveau coup de tonnerre qui s'abat sur la climategate team, puisqu'un groupe non identifié, que nous appellerons « hackers » par défaut, sachant qu'il s'agit peut-être d'insiders, a décidé de livrer plus de 5000 e-mails de correspondances entre ses membres. Les détails techniques devront encore être précisés. Là encore, les intéressés semblent confirmer du bout des lèvres que les mails sont authentiques. Les hackers donnent leurs motivations (extrait, cité par Anthony Watts):
Nations must invest $37 trillion in energy technologies by 2030 to stabilize greenhouse gas emissions at sustainable levels. Today's decisions should be based on all the information we can get, not on hiding the decline. This archive contains some 5.000 emails picked from keyword searches. A few remarks and redactions are marked with triple brackets. The rest, some 220.000, are encrypted for various reasons. We are not planning to publicly release the passphrase. We could not read every one, but tried to cover the most relevant topics.
Et que contiennent ces nouveaux mails ? Apparemment, ils confirment que les membres de la climategate « team » sont en mission politique et non dans une démarche de recherche de la vérité scientifique. Je précise que je n'ai pas pu, cette fois-ci, télécharger moi-même les messages (le serveur russe ne répond plus) et donc je fais confiance à la relation de ces mails par Anthony Watts:
<3373> Bradley: I'm sure you agree - the Mann/Jones GRL paper was truly pathetic and should never have been published. I don't want to be associated with that 2000 year
"reconstruction".

<3115> Mann: By the way, when is Tom C going to formally publish his roughly 1500 year
reconstruction??? It would help the cause to be able to refer to that
reconstruction as confirming Mann and Jones, etc.

<3940> Mann: They will (see below) allow us to provide some discussion of the synthetic
example, referring to the J. Cimate paper (which should be finally accepted
upon submission of the revised final draft), so that should help the cause a
bit.

<0810> Mann: I gave up on Judith Curry a while ago. I don't know what she think's she's
doing, but its not helping the cause

<2440> Jones: I've been told that IPCC is above national FOI Acts. One way to cover yourself and all those working in AR5 would be to delete all emails at the end of the
process

<2094> Briffa: UEA does not hold the very vast majority of mine [potentially FOIable emails] anyway which I copied onto private storage after the completion of the IPCC
task.
Skyfall a commencé à en traduire certains, et c'est (parfois) du chaud, même si de prime abord, la livraison 2.0 est un tout petit peu moins spectaculaire que la 1.0 - Le plus intéressant est qu'il transparait que certains membres de la « Team » ne croient plus eux-mêmes à leurs travaux. Je livre des extraits, les curieux iront voir une liste plus importante chez Skyfall :
<1939> Thorne/MetO:

Observations do not show rising temperatures throughout the tropical troposphere unless you accept one single study and approach and discount a wealth of others. This is just downright dangerous. We need to communicate the uncertainty and be honest. Phil, hopefully we can find time to discuss these further if necessary [...]

Les observations ne montrent pas d'augmentation de température de la troposphère tropicale, à moins d'accepter une seule étude et approche, et que vous en écartiez d'autres très valables. C'est franchement dangereux. Nous devons communiquer les incertitudes et être honnêtes. Phil, j'espère que nous pourrons trouver le temps d'en discuter davantage si nécessaire (...)

<3066> Thorne:

I also think the science is being manipulated to put a political spin on it which for all our sakes might not be too clever in the long run.

Je pense aussi que la science est instrumentalisée pour lui donner un tour politique, ce qui pourrait bien ne pas être bien intelligent pour nous tous à long terme.

<2884> Wigley:

Mike, The Figure you sent is very deceptive [...] there have been a number of dishonest presentations of model results by individual authors and by IPCC [...]

Mike, la figure que vous avez envoyée est très trompeuse (...) il y a eu de nombreuses présentations malhonnêtes des résultats de modèles par certains auteurs et par le GIEC (...)

<1104> Wanner/NCCR:

In my [IPCC-TAR] review [...] I crit[i]cized [...] the Mann hockey[s]tick [...] My review was classified "unsignificant" even I inquired several times. Now the internationally well known newspaper SPIEGEL got the information about these early statements because I expressed my opinion in several talks, mainly in Germany, in 2002 and 2003. I just refused to give an exclusive interview to SPIEGEL because I will not cause damage for climate science.

Dans mon rapport (au sujet du 3è rapport du GIEC) (...) j'ai critiqué (...) la crosse de hockey de Mann (...) Mon rapport a été classé comme « insignifiant », bien que j'aie tâché d'en savoir plus à plusieurs reprises. A présent, le Spiegel, journal connu internationalement, a eu l'information au sujet de ces anciennes affirmations parce que j'ai donné mon avis dans plusieurs présentations, principalement en Allemagne, en 2002 et 2003. J'ai refusé d'accorder une interview exclusive au Spiegel, car je ne ferai pas de mal à la science du climat.

<0414> Coe:

Hence the AR4 Section 2.7.1.1.2 dismissal of the ACRIM composite to be instrumental rather than solar in origin is a bit controversial. Similarly IPCC in their discussion on solar RF since the Maunder Minimum are very dependent on the paper by Wang et al (which I have been unable to access) in the decision to reduce the solar RF significantly despite the many papers to the contrary in the ISSI workshop. All this leaves the IPCC almost entirely dependent on CO2 for the explanation of current global temperatures as in Fig 2.23. since methane CFCs and aerosols are not increasing.

Donc, la section 2.7.1.1.2 de l'AR4 qui écarte le composite ACRIMen lui attribuant une origine instrumentale plutôt que solaire est assez contestable. De même, le GIEC, dans sa discussion sur le forçage radiatif depuis le minimum de Maunder, s'appuie beaucoup sur le papier de Wang et al (auquel je n'ai pas eu accès) dans sa décision de réduire significativement le forçage radiatif solaire, malgré les nombreux articles qui ont soutenu le contraire dans le workshop ISSI. Tout cela rend le GIEC entièrement dépendant du CO2 pour l'explication des températures globales actuelles comme sur la figure 2.23 puisque le méthane, les CFC et les aérosols n'augmentent pas.

<2009> Briffa:

I find myself in the strange position of being very skeptical of the quality of all present reconstructions, yet sounding like a pro greenhouse zealot here!

Je me trouve dans l'étrange position d'être très sceptique sur la qualité de toutes les reconstructions actuelles, et pourtant d'apparaître comme un zélote pro-effet de serre ici !

<2775> Jones:

I too don't see why the schemes should be symmetrical. The temperature ones certainly will not as we're choosing the periods to show warming.

Moi non plus, je ne vois pas pourquoi les schémas devraient être symétriques. Ceux des températures ne le seront certainement pas, puisque nous choisissons les périodes pour montrer un réchauffement.

<0714> Jones:

Getting people we know and trust [into IPCC] is vital - hence my comment about the tornadoes group.

Prendre des gens (au GIEC) que nous connaissons et en qui nous avons confiance est vital - d'où mon commentaire au sujet du groupe sur les tornades.

<3205> Jones:

Useful ones [for IPCC] might be Baldwin, Benestad (written on the solar/cloud issue - on the right side, i.e anti-Svensmark), Bohm, Brown, Christy (will be have to involve him ?)

Des gens utiles (pour le GIEC) pourraient être Baldwin, Benestad (auteur sur l'affaire soleil/nuages - du bon côté, c'est-à-dire anti-Svensmark), Bohm, Brown, Christy (faudra-t-il l'impliquer ?)
L'université d'East anglia répond, avec la même insolence que la dernière fois: « ces mails sont publiés en dehors de leur contexte », bla bla bla, circulez, il n'y a rien à voir. Et peu importe que même hors contexte, ces mails en disent long sur la façon dont certains considèrent le GIEC et la science climatique...

Cette première lecture laisse clairement apparaître que la climategate team:
- Considère le climat comme une « cause » politique avant d'être scientifique ;

- A de sérieux doutes sur la qualité de certains de ses propres travaux, reconnait la justesse des critiques de certains sceptiques ;

- Pratique sciemment le Cherry Picking d'articles, de données et de « scientifiques amis » pour le GIEC ;

- Cherche absolument à contourner les lois « FOIA » sur le libre accès aux informations publiques.
- -

Les réchauffistes (ici, real climate) estiment que c'est « un coup monté » juste avant la conférence de Durban, aucun argument sur le fond, comme pour le Climate Gate 1. Effectivement, il est probable que les « hackers » aient choisi leur calendrier en fonction de Durban. Et alors ? Cela change quoi ?

- -

P.S. : J'ai finalement réussi à télécharger le dossier ici. Trop tard pour l'analyser à fond. La suite dans les prochains jours.