Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Fin de la Monnaie ; Caisses sans caissière et paiements sans contact existent depuis 2009

Publié par Diatala sur 24 Octobre 2011, 08:41am

Catégories : #Complot - Nouvel Ordre Mondial

5235261101_348fc1ca60.jpgQuoi ! les gouvernements et l'Europe disent lutter contre le chômage dans un monde ou la technologie avance tel un broyeur de main d'œuvre, où les robots remplacent de plus en plus l'homme, où les émigrés servent à conserver les bas salaires et où les entreprises fleurissantes délocalisent frénétiquement ! Il faut absolument qu'ils nous expliquent pourquoi ils persistent à nous mentir et à aller dans un cul-de-sac. C'est à dire une voie sans avenir pour ceux qui recherchent du travail et ceux qui perdront en masse demain le leur pour faire triompher la Machine.

012

source :

http://www.usinenouvelle.com/article/le-commerce-accro-aux-nouvelles-technologies.N60091

Le commerce accro aux nouvelles technologiesLe 28 février 2008 par YVES DOUGIN | L'Usine Nouvelle n° 3090

* Bouygues, France Telecom

Les distributeurs cherchent à rendre les courses moins ennuyeuses. A grand renfort de technologies. Un marché en or pour les intégrateurs de solutions.

Pressions accrues sur les prix et les marges, consommateurs zappeurs et exigeants, concurrence d'internet... Les centaines de millions d'euros injectés depuis deux ans dans les baisses de prix par les distributeurs ne parviennent pas à stopper la valse des étiquettes : les produits alimentaires ont augmenté de 2,39 % depuis janvier. Les commerçants doivent mener l'offensive sur deux fronts : gagner en efficacité opérationnelle pour améliorer leur productivité, et inventer de nouvelles manières de « draguer » le chaland plus sûrement que par le seul attrait du discount. A grand renfort de technologies.

Un marché en or pour les grands pourvoyeurs de solutions logicielles, comme IBM ou Microsoft, les fabricants de matériels et de systèmes d'encaissement ou les fabricants de puces RFID, capables de rendre les magasins intelligents. Pour l'équipementier de télécoms Motorola, le développement d'outils de communication intelligents pour le commerce est même devenu une planche de salut. L'achat, en 2007, du fabricant de lecteurs de code à barres Symbol, très fortement implanté dans la grande distribution, permet aujourd'hui au groupe américain de s'imposer comme un acteur majeur du secteur (lire « L'UN » n° 3085).

Mais pour les enseignes, l'obsession du moment porte d'abord sur les zones de caisses, dont l'engorgement aux heures de pointe symbolise le pire moment des courses. Les dernières générations de magasins, comme la chaîne de supermarchés Fresh and Easy que le britannique Tesco déploie aux Etats-Unis, sont toutes équipées de zones de caisses sans caissière (self-check out). Radical dans l'approche, ces systèmes de caisses commencent à fleurir un peu partout en France.

Caisses sans caissière et paiements sans contact

Selon l'association Perifem, qui conseille les distributeurs dans les aspects techniques de leur métier, entre 15 et 20 % des 10 685 magasins implantés sur le territoire auraient déjà installé des îlots de caisses automatiques pour les courses de moins de 10 articles. Des marchés sur lesquels on retrouve, à côté d'IBM et de Microsoft, les grands fabricants de systèmes d'encaissements. L'allemand Wincor Nixdorf, premier fabricant mondial de distributeurs de billets de banques, et l'américain NCR, l'inventeur des caisses enregistreuses, ont fait du commerce leur priorité après le secteur bancaire. C'est NCR, par exemple, qui a harmonisé les systèmes d'encaissements des 850 magasins de Système U en France, en déployant l'an passé près de 10 000 licences logicielles TP.net, fondées sur une architecture Microsoft. Un travail qui permet aujourd'hui à Système U d'être l'un des distributeurs les plus actifs sur le déploiement de caisses sans caissière. Il est le premier à avoir implanté un système unique en Europe de gestion informatisée des espèces (le paiement en billets et pièces est complètement automatisé), développé par Wincor Nixdorf. Ces nouveaux dispositifs ne devraient toutefois pas dépasser 10 à 15 % de l'ensemble des lignes de caisses.

Les nouvelles solutions de paiement sans contact utilisant les technologies sans fil NFC (Near Field Communication), et utilisables à partir d'un téléphone portable ou d'une carte de fidélité, pourraient encore changer la donne. Ces technologies permettront d'aller plus loin dans l'optimisation du paiement. C'est en effet le caissier qui ira au client, et non l'inverse.

Expérimentée à grande échelle à Caen et à Strasbourg, dans le cadre de l'opération « Payez mobile », les systèmes de paiement à partir de téléphones portables pourraient se généraliser dès 2009. Dans ces deux villes, 1 000 clients ont été équipés d'un téléphone NFC muni d'une carte SIM contenant une application permettant l'opération de paiement sans contact. Au-delà de 20 euros, le client doit toutefois saisir un code personnel pour valider la transaction. Pendant la durée du test, 200 commerçants ont été équipés d'un terminal de paiement compatible NFC. La somme est directement prélevée sur la facture de l'opérateur. Ces derniers sont d'ailleurs en pointe dans le développement de ces nouvelles applications qui leur permettent de capter et de fidéliser leur clientèle. Bouygues Telecom et la société de transport Semitag ont lancé des expérimentations à Grenoble. Orange, la filiale de France Télécom a réalisé des tests locaux avec la SNCF à Rennes, et l'opérateur britannique O2 s'est rapproché de Visa pour un déploiement à Londres. Considérée comme une extension logique de la RFID - des puces à radiofréquence lisibles à distance - la technologie NFC pourrait constituer une étape intermédiaire avant le déploiement généralisé des puces RFID sur les produits.

la rfid fait son entrée dans les magasins

Stade ultime, ce déploiement permettra d'obtenir directement le montant total de ses courses en passant son chariot sous un portique équipé d'un lecteur. Précurseur dans ce domaine, Metro vient de décider de sauter le pas. En partenariat avec IBM, le distributeur allemand va implanter dans ses supermarchés Real près de 30 000 références munies de puces RFID. Près d'un quart des points de vente sont déjà équipés de lignes de caisses automatiques. Les produits seront donc scannés automatiquement, sans quitter le chariot. Mais que les clients se rassurent, les puces seront désactivées dès la sortie des magasins, pour éviter tout traçage jusqu'au domicile de l'acheteur. Pour l'instant.

012

Les puces NFC débarquent

Source : Numerama.com, licence CC

On entend de plus en plus parler du NFC, cette technologie de transfert sans contact, qui permet par exemple de payer avec son téléphone portable. D'après un rapport d'In-Stat, les puces NFC vont envahir le marché d'ici quelques mois, jusqu'à équiper 30 % des téléphones mobiles de la planète en 2015...

Le NFC (Near Field Communication) est l'une des technologies sur lesquelles mise une grande partie des constructeurs de téléphones portables. Une étude montre que plus d'un milliard de puces devraient être sur le marché en 2015.

La technologie de transfert sans contact NFC a le vent en poupe. De nombreux constructeurs intègrent ces puces à leurs téléphones, poussés par Google qui tente d'imposer Google Wallet, son portefeuille électronique. Si tous ne sont pas encore d'accord sur la façon de l'intégrer, personne ne doute de son succès dans les prochains mois.

La technologie NFC permet de payer directement avec son téléphone portable. © Feuillu, Flickr CC by nc 2.0

Le NFC va envahir notre quotidien

In-Stat, cabinet réalisant des études de marché, vient même de publier un rapport prévoyant que plus d'un milliard de puces NFC seront livrées d'ici 2015. Cette même année devrait voir les puces NFC équiper 30 % des appareils mobiles de la planète. « À mesure que le coûts des puces baissent et qu'elles sont intégrées à d'autres composants des appareils, le coût d'intégration du NFC sera largement couvert par les revenus générés » explique Allen Nogee, directeur de recherche chez In-Stat.

Enfin, si l'on évoque le paiement comme principale application pour le NFC, il ne faut pas oublier les usages marketing. Des puces équiperont bientôt les panneaux d'affichage, permettant de recevoir des informations en fonction de la publicité affichée. Android intègre également la compatibilité avec NFC dans Ice Cream Sandwich, sa dernière version. Beam permet en effet d'échanger des fichiers entre deux téléphones équipés du système d'exploitation mobile de Google. À Toulouse, on teste cette technologie pour perfectionner les services de location de voitures. L'application Autopartage @Toulouse peut guider le client vers son véhicule garé dans un immense parking. Si les problèmes de sécurité sont résolus – on peut en effet pirater une voiture à distance par ce genre de moyen –, les puces NFC pourraient bien devenir d'un usage banalisé.

Nous sommes sociaux !

Articles récents