Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


ALERTE - Le FMI ( Faiseur de Malheurs International) veut 500 milliards de dollars de plus

Publié par Diatala sur 24 Janvier 2012, 10:39am

Catégories : #Banquiers - Finance et Crises Organisées

Saturne dévorant son fils , peint par Goya  entre 1819 et 1823

Les derniers modestes besoins de financement mondiaux du FMI s'élèvent donc à la modique somme de 500 milliards de dollars pour, in fine, ruiner les pays et les racheter à vil prix. Ne serait-il pas logique et éthique dans ce cas que le FMI (Faiseur de Malheurs International) demande cette somme à ses amis financiers banksters qui volent et ruinent les Peuples-Nations ? Si.

Le scandale et le comble de l'entubage sont quand même énormes. Cet organisme a contraint les pays de la zone euro à lui verser 150 milliards d'euros, soit 192 milliards de dollars, pour les aider à surmonter la crise créée par ses vrais patrons et amis financiers. Sachant que la quote-part d’un pays est déterminé en fonction de son PNB et de la gestion des ses finances publiques, 25 % de celle-ci doit être payés en DTS et les 75% en monnaie locale. Le triple AAA assure de ce fait une quote-part élevée. Les pièges sont partout. Et avant 1978 les pays payaient en or. Ne cherchez pas où sont passées les réserves d’or. Il y a 10 ans celles du FMI étaient officiellement de 3.217 tonnes. Officieusement et aujourd’hui de combien sont-elles ? Mais là il n’est plus question de la somme afférente à la quote-part mais de sommes supplémentaires à lui verser alors que nous sommes en faillite avec une dette et des intérêts déjà abyssaux. C’est dingue ! De l’argent qui sera évidemment emprunté et remboursé avec d'autres intérêts. Nous marchons sur la tête ! Eux n’en possèdent plus ou pas. La bêtise et l'arnaque sont ici poussées à leur paroxysme.

1152148261_7f71c2e2d4.jpgUn pays qui est en difficulté peut emprunter au FMI chaque année jusqu’à 100% de sa quote-part et au maximum jusqu’à 300%. Si le FMI rémunère les pays bien notés pour les sommes qu’ils lui prêtent, un pays en difficulté comme nous va devoir emprunter et emprunter son propre argent en payant des intérêts sur celui-ci. C'est payer une rançon au gang de malfrats sans recouvrer sa liberté ni sa souveraineté. Il s'agit purement et simplement de racket. Les pays concernés devront emprunter à des taux usuraires en creusant encore la dette pour financer le FMI qui lui imposera sa sécurité d‘ajustement structurel, des coupures budgétaires, des privatisations à outrance et des licenciements en imposant sa politique dans tous les secteurs sans exception. Est-ce à lui de dicter les lois et de diriger les pays ? Non.

Le FMI est une institution supranationale où aucun de ses dirigeants ni de sa hiérarchie n’a été élu par les peuples des 185 pays qui le composent. Et comme de très nombreux pays ne sont que très minoritaires quand les États-Unis eux disposent d’une minorité de blocage, d‘un droit de véto, sa vocation n‘a aucune pertinence et ses décisions deviennent arbitraires et iniques envers tous les autres les pays minoritaires qui ne peuvent s‘y opposer. C'est un outil antidémocratique d'oppression avec des moyens coercitifs drastiques. Nous pouvons également remettre en question la légitimité actuelle de toutes ces institutions qui se placent au-dessus des Etats pour savoir si elles ne doivent pas être totalement réformées, voire supprimées.

2805870684_d9a809cb04.jpgCe pouvoir qui s’est échappé dans autre dimension, hors de notre réalité et de notre portée, et ce par notre faute, notre laxisme et l'assistanat revendiqué mais savamment introduit pour anesthésier la masse, a été crée pour favoriser les intérêts de la finance et ceux des multinationales, pour pénétrer les pays riches du Tiers monde, ceux en voie de développement et les plus aisés afin d’avoir accès à leurs richesses et de les privatiser au maximum pour développer un capitalisme schizophrène et effréné qui ne profite qu‘à une toute petite poignée.

Sachant que le FMI est détenu majoritairement par les États-Unis avec un droit de véto l’Europe est ainsi soumise à l’oncle Sam. Les USA se sont donc exclus volontairement de la menace de leur propre outil de destruction.

Romandie.com :  Le département du Trésor américain a indiqué mercredi que les Etats-Unis n'avaient "aucune intention" d'apporter des fonds supplémentaires au Fonds monétaire international (FMI), alors que celui-ci cherche à augmenter ses ressources

3906778023_89c3157b6f.jpgCette Europe là personne n’en veut. Même si des réformes sont indispensables les peuples ne peuvent être pris pour moins importants que des animaux de laboratoires que l‘on jette ensuite quand ils n‘ont plus d‘utilité.

L’Art et la manière de faire, le Respect, la Concertation des peuples, l’Éthique, la Mesure, l’Anticipation, la Liberté, la Souveraineté et la Cohérence sont des moyens d’agir qui se sont dissipés au fil du temps pour les remplacer par un seul levier : La Finance ; et qui rime avec délinquance.

L’Europe a donc été créée volontairement dans le désordre pour être asphyxiée, soumise à cette finance et instaurer un gouvernement mondial.

4682904430_dc2bab942f.jpgA 27 l’Europe a avorté, normal c'était le but.  Le bébé était trop gros et infirme et en plus il a été asphyxié lors de la gestation par le cordon ombilical de la finance qui lui a volontairement serré le cou.

Avant Schengen (cinq États concernés pour terminer à 27) et Maastricht, il fallait unifier les politiques de défense, économiques et sociales et surtout ne pas introduire des pays pauvres ou ayant un lourd passif. Mais avoir demandé à des énarques zélés et inféodés de rédiger les traités était déjà un signe.

Pire, si je pense que seul un fédéralisme entre pays égalitaires, ayant des visées éthiques et qui serait approuvé par les peuples peut nous garantir une véritable protection, un fédéralisme déguisé et totalitaire est déjà en place sans l‘avoir ni souhaité ni construit. Les États et les Peuples sont non seulement assujettis à Bruxelles, sous la direction de technocrates non-élus, qui eux-mêmes sont les esclaves des grands argentiers et ceux des outils de la finance, les marchés, mais en plus ils sont soumis aux exigences USioniste via leurs institutions et leurs banques. 

h-20-1347286-1228469897.jpgAlors rien ne va plus. Et puisqu’émettre le désir de revenir à un protectionnisme ajusté et cohérent est devenu outrageant et que ce terme est devenu un gros-mot, à entendre certains politiques et dits experts, ou un vœu émanant de la bouche d‘imbéciles et de fous, des armes doivent être trouvées pour éteindre l‘incendie provoqué par les sauveurs pyromanes ou ces psychopathes financiers.

Pourtant voici l’étymologie du mot protectionnisme et son sens : du latin protegere protéger, abriter, couvrir, garantir. Il désigne la politique et les pratiques d'un Etat qui intervient dans l'économie afin de défendre ses intérêts et ceux de ses entreprises face à la concurrence étrangère et de maintenir ou développer ses propres forces de production. Le protectionnisme peut se mettre en place sur un ou des secteurs particuliers de l'économie.

Nous pouvons dire que le FMI est un organisme totalitaire agissant au détriment des pays souverains. Mais le pire est qu'aucun chef d'État n'a le courage de dire STOP ou NON à ce système mortifère. Bon d'accord ! L'exemple de JFK ou celui de Kadhafi n'est pas encourageant...mais rien n'est impossible.

C'est vrai que depuis la loi Pompidou/Rothschild, et avec la BCE, la France est devenu un casino, une machine à sous qui fait gagner à chaque fois les joueurs gangsters tricheurs. Il est donc urgent de recouvrer dans un premier temps sa pleine souveraineté monétaire et que tous les organismes et les institutions corrompues soient éradiqués de nos décisions. Car il ne faut pas oublier que l’une des formes du néocolonialisme est de créer de l’endettement pour assujettir totalement un pays à ses diktats.

3455353447_24f80d7d17.jpgAlors puisque les États européens n’ont plus de pouvoir qui, d’après vous, pour ceux qui l'ignorent bien évidemment, décide de la politique, de toutes ces lois et de ces mesures coûteuses ?

Pour que la finance puisse gagner beaucoup d’argent son seul moyen est qu’un pays s’endette le plus possible en empruntant pour financer ses dépenses. Et même ruiné, ce triple A, cet imposteur antidémocratique permet d’emprunter et d’encore emprunter. Certes, à des taux dits plus avantageux, mais en creusant encore  et encore l’abime. Les responsables tournent en rond en se mordant la queue jusqu'au sang et avec délectation.

Le but officiel du FMI, à l’origine de Bretton Woods, était de garantir la stabilité du système monétaire. Depuis 1976 il est de soutenir les pays qui connaissent des difficultés et de les aider à honorer leurs créanciers. Son but officiel a donc échoué et outrageusement en ce qui concerne la lutte contre la pauvreté dans le monde.

Selon Keynes, le FMI serait avec l’aide de sa parèdre  la Banque Mondiale, « d’améliorer partout le niveau de vie et les conditions de travail, de rendre les ressources du monde pleinement disponibles pour toute l’humanité ». Un flagrant délit d’échec ?... Non. L'échec est  devenue une stratégie pour instaurer un nouvel ordre mondial qui ne peut aboutir que si une majorité de pays sont endettés jusqu’au cou. Ainsi ils deviennent de bons ilotes au strict service de la finance.

Car, officieusement, comme en Afrique et ailleurs, le FMI manœuvre pour que les pays soient mis un jour ou l'autre en défaut de paiement vis-à-vis de leurs créanciers et qu‘ils réempruntent aux mêmes voyous pour payer leurs dépenses courantes et les intérêts de la dette. De ce fait un pays qui n’est plus solvable devient une proie facile qui tombe dans leur escarcelle.

3285482614_9bf3461801.jpg

Pour "aider"  un pays l’octroi des crédits du FMI sera soumis à un engagement du pays emprunteur qui devra mettre en place les politiques drastiques imposées par son bailleur de fonds.

Ses fonctions sont donc d’accorder des prêts (avec l'argent des peuples) aux pays en difficultés financières mais aussi de les contraindre à se prostituer, à s’ouvrir au mondialisme dans un libéralisme schizophrénique, de les forcer à privatiser, de leur faire mettre le protectionnisme aux oubliettes, d’imposer sa politique financière, économique, sanitaire et sociale et le blocage des salaires dont le minimum. C’est contraire au principe d’égalité des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes et à celui des libertés fondamentales inscrits dans la Charte des Nations unies à laquelle le FMI est pourtant soumis.

Cet ogre s’est donc érigé comme organisme Mère des banques centrales et du Trésor public et comme Père des Nations et des Peuples.

Si cette bande de Gargantuas se bâfre sur le dos des peuples et ne connaît pas l’indigestion, par contre, elle sait déféquer avec cynisme sur tout ce qui grandit une nation en la maintenant noble et libre.

Alors si le FMI a pour responsabilité d'assurer la stabilité du système financier international, d‘aider les peuples à absorber leur dette et à se reconstruire, assurément, nous pouvons le déclarer responsable et coupable avant même de le faire juger.  



PARIS - Le Fonds monétaire international (FMI) estime avoir besoin de renforcer ses ressources d'au moins 500 milliards de dollars pour faire face à la crise de la dette dans la zone euro et à ses retombées, a-t-on affirmé mercredi à l'AFP de source proche du dossier.

Ces ressources supplémentaires seront demandées aux Etats membres du FMI, a-t-on ajouté de même source source.

(©AFP / 18 janvier 2012 14h50)

Nous sommes sociaux !

Articles récents