Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Nouvel Ordre Mondial - Complot - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


ALERTE ! l'ONU demande les droits sexuels et la sexualité procréative à partir de 10 ans

Publié par Diatala sur 20 Mars 2012, 15:55pm

Catégories : #Abus- Pédocriminalité- Violence- Prostitution

ALERTE ! l'ONU demande les droits sexuels et la sexualité procréative à partir de 10 ans

CF&Human Rights Institute  http://www.c-fam.org/fridayfax/french/9316/lonu-pourrait-reconna%C3%AEtre-lexistence-de-droits-sexuels-pour-les-enfants-de-10-ans.html

 

Il y a longtemps que les pédophiles prédateurs cherchent à légaliser l’acte de pédophilie sans vraiment avoir trouvé le bon créneau. Celui qui permettrait de faire voter une loi les mettant à l’abri de poursuites pénales et des peines d'emprisonnement mais, aissi, qui passerait pour être acceptable aux yeux de l’opinion publique.

Chacun sait que les plus grands pervers impunis, puisque protégés, œuvrent dans les plus grandes institutions et qu'ils ont des postes dans les plus hautes fonctions du secteur privé comme celui du public, et ce, en se permettant de nous dicter la morale que nous devons suivre tout en nous menaçant des sentences prévues si nous l’enfreignons. Des sentences qui ne les concernent pas.

6852305087_23d1fc882c.jpg

Banki Moon pourrait donc être définitivement considéré comme une véritable ordure si ce projet était avalisé. Celui de « vouloir légaliser la sexualité et celle procréative à 10 ans avec les moyens contraceptifs et abortifs qui vont avec au cas ou...».

Cette marionnette onusienne, qui n'est qu'un VRP stipendié des plus grands lobbies, et qui piétine depuis son arrivée le rôle même de l’ONU, même si nous savons que cette institution use et abuse de mensonges et de sophismes, et qu’elle n'a été créée que pour être un outil international de contrôle et de propagande, offrirait, sous couvert d’acte vertueux, un visa de respectabilité et d’immunité totale à cette engeance composée de pédo-criminels et de pédo-satanistes qui viole, torture et tue les enfants.

Comme nous savons que les enfants âgés de 10 ans sont les plus prisés par ces malades, que beaucoup de snuff movies et de photos pédopornographiques sont tournés avec des enfants de cet âge, même si certains préfèrent des beaucoup plus petits et des bébés, nous comprenons pourquoi, pour le moment, ils se contentent d'abaisser la sexualité à 10 ans. Ils opèrent progressivement pour en arriver à ce qu'ils veulent ; c'est à dire que la sexualité puérile soit banalisée comme dans le Talmud de Babylone.

Question ; Que feront-ils des bébés nés de petites filles de 10, 11 ans et plus ? Bien évidemment, ils seront pris en charge dans de dits « instituts d'aide à l'enfance» ou  de dites « associations de protection de l'enfance » qui ne s'avèrent être que des réservoirs où les pédophiles viennent faire leur marché et où les satanistes, qui eux, ont besoin parfois de victimes sacrificielles pures, donc très jeunes, viennent aussi. Mais nous savons aussi que des enfants servent de cobayes pour de nombreux tests pharmaceutiques et expériences médicales.

Combien de petites filles auront décidé volontairement d'être sexuellement actives et enceintes, et combien seront aptes à élever leur enfant ? Aucune.

 L'ONU encourage les pédophiles

 

Aux Armes Citoyens !

 

USA : CONFÉRENCE DES PARTISANS DE LA LÉGALISATION DE LA PEDOPHILIE

 

PEDO-SATANISME

CLIC IMAGE : LA VÉRITÉ CACHÉE

PÉDOCRIMINALITÉ  SUITE ET VIDÉOS

Trafic Organisé et Commandité d'Êtres Humains en Europe de l'Ouest pour le compte du N.O.M

 

SOURCE / http://realinfos.wordpress.com/

L’ONU pourrait reconnaître l’existence de droits sexuels pour les enfants de 10 ans!

NEW YORK, 30 mars (C-FAM) la commission de l’ONU sur la population et le développement est en train d’étudier un document visant à faire bénéficier de droits sexuels et procréatifs pour les enfants à partir de 10 ans.

Même le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon y est favorable. Dans une déclaration publiée récemment, il affirme : « les jeunes, comme toutes les autres personnes, partagent un droit humain à la santé qui inclut les droits à la santé sexuelle et procréative. ».

A l’heure actuelle le droit international ne reconnaît pas un « droit » à la santé sexuelle procréative, et ne reconnaît certainement pas ce droit aux mineurs. Or l’année dernière le rapporteur général de l’ONU pour la santé Anand Grover a provoqué une grande controverse : non seulement il affirmait l’existence de droits sexuels et procréatifs, mais il tentait d’y inclure l’accès à l’appartement, la contraception, et l’éducation sexuelle.

En associant ce droit à la jeunesse, et en particulier aux enfants le secrétaire général et la commission sur la population le développement (CPD) semblent ignorer que la question est loin de faire l’unanimité, surtout si ce droit pourrait être défini comme incluant le droit à l’IVG et à la contraception.

Des organisations internationales comme International Planned Parenthood (IPPF) ou IPAS, grands lobbys favorables aux droit sexuels et procréatifs pour les mineurs internationalement et aux Nations unies, ont déjà publié plusieurs rapports officiels auprès du bureau de la conférence, qui soutiennent un langage favorable au droit à la contraception et à l’avortement. Ils utilisent aussi la conférence comme une tribune permettant d’attaquer l’engagement des parents dans la santé sexuelle de leurs enfants.

Selon les organisations comme IPPF, les parents sont le plus grand obstacle dans l’accès des mineurs à des services comme l’avortement ou la contraception, c’est pourquoi elles travaillent à faire admettre un langage officiel qui marginaliserait leur rôle.

Dans sa déclaration officielle,IPPF affirme, « les législations qui restreignent l’accès des jeunes aux services de santé sexuelle et procréative, et même celles qui prévoient un consentement obligatoire des parents ou du conjoint » doivent être soit abrogées, ou rester inappliquées. IPAS va encore plus loin et affirme que les jeunes doivent être considérés comme des acteurs indépendants et libres de tout obstacle qui ignorerait leurs propres « capacités à prendre des décisions informées ». Leur but principal à cette conférence consiste à marginaliser l’engagement parental et à encourager les Etats qui soutiennent leur position à augmenter la pression favorable à ce type de langage, déjà avalisé par le Secrétaire général.Le document qui sera négocié la conférence appelle « les gouvernements… à donner toute leur attention lors de la rencontre aux besoins des jeunes en matière de santé procréative,et d’éducation tout en respectant leur vie privée “. Il semble que les efforts de ces lobbys aient déjà été récompensés.

Les membres de la commission ont déjà commencé à discuter les documents, et la session finale des négociations aura lieu en avril. Cette année aura eu son lot de débats houleux.

C-fam.org

 

Nous sommes sociaux !

Articles récents